Ile Maurice: Téléphonie mobile - Les antennes relais seront finalement contrôlées par l'ICTA

Actualités Télécom

Les autorités comptent contrôler les installations des antennes relais des lignes de téléphonie mobile afin de parer aux risques sanitaires associés. Un plan d'action a été rédigé à cet effet.

Le gouvernement veut contrôler l'installation et la conception des antennes relais à travers le pays. C'est l'une des décisions prises par le Conseil des ministres ce vendredi 27 mai. Un Planning policy guidance on sitting and design of Radio Telecommunications Equipment a été rédigé afin de limiter les ondes sur les riverains. Le côté esthétique des antennes est aussi pris en compte.

Trilock Dwarka, le président de l'Information and Communication Technologies Authority (ICTA), explique le pourquoi de cette réforme. « L'Etat va réglementer l'installation des relais. Nous participons dynamiquement à l'assemblage des antennes à des endroits précis pour qu'elles ne soient pas éparpillées partout », a-t-il expliqué.

Aux dires de Trilock Dwarka, il y a toujours des gens électro-sensibles - ceux qui pensent que les ondes leur sont nocives. « Plus de trente études ont été réalisées sur les ondes émises par les antennes et aucune n'a démontré qu'elles étaient dangereuses pour la santé », souligne-t-il.

« De toute façon, nous effectuons régulièrement des tests afin de vérifier la puissance des ondes électromagnétiques émises par les antennes relais et nous sommes très satisfaits des résultats », déclare Trilock Dwarka.

Déjà en 2007, le ministère des Technologies informatiques avait annoncé qu'une loi serait votée afin d'exiger une étude sur l'impact des antennes relais sur l'environnement, avant qu'elles ne soient installées. Le gouvernement a ainsi commandité des recherches sur l'impact des ondes sur les hôpitaux.

Cette année-là, les habitants de Port-Louis avaient, eux, adressé une pétition à la mairie afin qu'une antenne soit enlevée. L'un d'entre eux s'était plaint que son téléviseur était sujet à des interférences. Un autre se plaignait, lui, des effets sonores émanant de l'antenne.

En France, le mardi 26 août 2009, le tribunal de Grande insistance de Créteil, à, Paris a interdit l'installation d'une antenne de relais sur le toit d'un immeuble. Afin de justifier sa décision, un juge a indiqué que bien que les risques ne soient pas prouvés, ils ne pouvaient être écartés pour la sécurité des habitants de l'immeuble.