Guinée: Cambriolage ou opération de sabotage à la Sotelgui et au département des NTIC ?

Actualités Télécom

Dans la nuit du samedi à dimanche 3 juillet 2011, des cas de vols et de cambriolage ont été enregistrés dans plusieurs bureaux de la société des télécommunications guinéennes (Sotelgui) et du département des télécommunications et des nouvelles technologies de l'information, a constaté Aminata.com.

A la Sotelgui, ce sont les départements du système de protection du réseau, de l'énergie, de gestion des risques, de la planification, de la distribution des factures et du service réclamation clientèle qui ont été visités par les malfaiteurs. Soit un total sept bureaux.

Des portes défoncées, des bureaux éventrés, des tiroirs et des armoires cassés, sont les traces laissées des voleurs qui, par endroit ont éparpillé des dossiers à même le sol, apparemment sans rien y toucher.

Sur la liste des biens emportés à la Sotelgui, figurent des ordinateurs de bureau et des portables, des câbles, des caisses à outils, des extincteurs, de l'argent, des imperméables, des cartes de recharge pour une valeur d'un million cent mille.

Une opération qui laisse les travailleurs dans une atmosphère peu ordinaire. Chacun se demandant sur le mobile du vol et surtout de l'identité et des complices des malfaiteurs. Cet endroit placé sous la haute surveillance d'un poste de gendarmerie, appuyée par des vigiles.

A la direction nationale des nouvelles technologies de l'information, située dans les locaux de l'ARPT, ce sont quatre bureaux aux portes métalliques qui ont été cassés avec une rare cruauté.

Ce qui fait dire à la directrice nationale, Salematou Condé, encore sous le choc au moment où nous passions, que c'est « plus qu'un vol, c'est un acte criminel ». dans ce service, ils sont nombreux à penser de sabotage.

Tout comme à la Sotelgui, à la direction nationale des NTIC, les enquêtes sont ouvertes pour tenter d'identifier les auteurs et leurs complices. En attendant, au moins six suspects seraient entendus pour les besoins de la cause. Nous y reviendrons.

A rappeler que ce vol a lieu au moment où l'on parle des opérations d'audit et de contrôle interne qui ont permis de détecter certains fraudeurs sur le trafic international par l'ARPT.