Libéria: Cellcom développe une application mobile pour le recensement des abonnés du mobile

L'éditorial du mois

Le Libéria, l’un des pays les plus pauvres d’Afrique s’est aussi engagé dans la course au recensement de ses abonnés mobiles. Le processus a été officiellement lancé le 18 juillet dernier par l’autorité de régulation (Liberia Telecommunications Authority – LTA). Les opérateurs mobiles ont pour objectif de compléter le processus de recensement en 90 jours à partir de la date de commencement – une période bien courte pour recenser environ 1.6 million d’abonnés. Isabelle Gros s’est entretenue avec Avishai Marziano, le Directeur Général de Cellcom, l’un des quatre opérateurs mobiles actif au Libéria sur ce que le recensement des abonnés suppose pour un opérateur mobile et sur le développement d’une application mobile pour faciliter ce processus.

En mars dernier, LTA a commencé à parler du lancement du recensement des abonnés mobiles, un processus qui selon l’autorité de régulation se fera en parallèle avec l’introduction d’un nouveau plan national de numérotation. En d’autres termes, LTA pensait faire d’une pierre deux coups. Selon Avishai Marziano, le Directeur Général de Cellcom, le temps de préparation étant un peu court, ils se sont immédiatement attelés à la tache avec la préparation de la liste des informations requises, la rédaction du formulaire de recensement et le développement des supports informatiques pour le client et les logiciels pour les serveurs. L’idée directrice de Cellcom était d’introduire un processus de recensement aussi rapide que possible ne nécessitant pas de collecter les informations sur un formulaire papier. Avec ces objectifs en tête, ils ont développé une application mobile sous Windows7 leur permettant de capturer toutes les informations requises, de prendre la photo de l’abonné et de scanner sa pièce d’identité avec la caméra du téléphone mobile. Les données enregistrées dans le téléphone mobile sont ensuite envoyées vers un serveur et encryptées pour assurer la confidentialité des informations fournies par l’abonné. Selon Avishai, l’application mobile permet de saisir l’ensemble des données et cela ne prend pas plus de 5 minutes pour compléter le formulaire de recensement. Il espère que ce système permettra d’enregistrer sur le vif les abonnés mobiles.

Pour achever le recensement en 90 jours, Avishai estime que l’opérateur mobile devra recenser entre 3,000 et 4,000 abonnés par jour. Cela ne sera pas trop difficile dans la capitale, Monrovia mais le recensement dans les zones rurales sera plus compliqué à cause du mauvais état des routes et la saison des pluies qui n’est pas encore terminée. Au Libéria, les opérateurs démarrent le recensement de zéro en comparaison avec des pays africains qui par exemple ont déjà lancé des services de paiements via le mobile. Dans ces pays les opérateurs mobiles disposent déjà d’informations sur leurs abonnés parce qu’il leur faut suivre les règles d’identification instituées par les banques. Il est facile de voir que du point de vue d’un opérateur mobile, le recensement des abonnés mobiles représente un investissement lourd en capital et en coûts opérationnels. En plus l’autorité de régulation n’a pas vraiment prévenu les opérateurs bien en avance ce qui ne leur a pas permis d’inclure ces dépenses de leur budget annuel. Néanmoins Cellcom envisage de déployer entre 200 et 300 points d’enregistrement occasionnant un coût supplémentaire de main d’œuvre estimé entre 50,000 et 75,000 dollars US par mois. Cela implique aussi que la taille de la compagnie va doubler durant cette période et selon Avishai il s’agit de s’assurer que la société et les employés sont bien  préparés à cet effet.

Du côté positif, Avishai est convaincu que le processus de recensement est aussi une bonne opportunité pour l’opérateur mobile d’acquérir de nouveaux clients. Les agents chargés du recensement ont la tache d’aller vers les clients que cela soit dans les universités ou les cantonnements militaires par exemple pour enregistrer les clients mais aussi pour en conquérir de nouveaux. Avishai pense que le recensement des abonnés mobiles permettra la création d’un annuaire et servira de plateforme pour développer d’autres services comme les services de paiement via mobile et les projets de micro-finance.

En plus du développement de l’application et des logiciels pour le processus de recensement, les opérateurs mobiles au Libéria sont aussi en charge d’expliquer le pourquoi du recensement aux abonnés mobiles. Selon Avishai, les choses ne vont pas si mal pour le moment et les clients montrent plus de confiance dans le recensement électronique que dans le formulaire papier. Il semble aussi que les abonnés mobiles font plus confiance aux opérateurs mobiles qu’à l’administration quant à la confidentialité et la sécurité des informations qu’ils ont à fournir. Bien que la réglementation concernant le recensement des abonnés mobiles prévoit que l’autorité de régulation gardera les informations dans une banque centrale de données, la situation qui prévaut actuellement, est que les opérateurs garderont les informations sur leurs abonnés et ne le divulgueront que sur demande spécifique venant du régulateur. En fin de compte ce n’est pas une si mauvaise chose si l’on considère ce qui se passe en Afrique du Sud ou une audit nationale de la banque de données des abonnés mobiles a été récemment ordonnée par le gouvernement pour évaluer l’étendue des malversations concernant les informations des abonnés mobiles.