Le petit Steve Jobs d’Afrique

Actualités informatiques

«Designée en Californie par Apple, assemblée en Chine». Cette inscription sur chaque produit de la marque à la pomme est désormais devenue mythique, voire chic, tant elle pourrait résumer une facette de la globalisation.

Le congolais Verone Mankou, 25 ans, s’apprête à lancer à la rentrée la première tablette «Conçue au Congo, assemblée en Chine». Ce jeune entrepreneur de Brazzaville a fondé sa start-up de communication 2.0, VMK, en 2009 tout en étant conseiller du ministre des Télécommunications congolais Thierry Moungalla. Et il a développé au cours de ces deux dernières années une tablette tactile «pensée et désignée en Afrique».

Un projet coûteux et audacieux qui lui a valu un certain nombre de critiques. Avec pour toile de fonds l’affaire de l’ordinateur portable Nhava, soi-disant conçu et fabriqué au Zimbabwe. Mais cette année, les consommateurs enthousiastes à l’idée de soutenir une initiative innovante africaine ont déchanté lorsqu’ils ont appris qu’il s’agissait en fait d’une vulgaire copie fabriquée en Chine et importée. Rien d’innovant, et rien d’africain donc.

Face à cette vague de suspicion, Verone Mankou a adapté sa stratégie de communication et joue la carte de la transparence. Il assume, défend son projet mordicus et s’explique sur le fait que sa tablette soit fabriquée en Chine et développée avec un partenaire au Canada. Il a d’ailleurs publié sur son site des photographies de l’usine de fabrication située dans les environs de Shenzhen, réputée être le paradis de la contrefaçon. Mais alors en quoi cette tablette est-elle africaine, s’interrogent les sceptiques qui soupçonnent une copie chinoise de plus, commercialisée en Afrique avec une rhétorique publicitaire locale qui vise à mettre en avant un projet «made in Congo» . A 25 ans, ce jeune patron fait fi de ces polémiques et revient sur la genèse de ce projet mais aussi sur la controverse autour de l’origine de sa tablette.

Comment avez-vous eu l’idée de cette tablette ?

Vérone Mankou: Fin 2005, je travaillais chez un Fournisseur d’Accès Internet. Et c’est à ce moment là que je me suis mis à chercher une solution pour donner accès à Internet au plus grand nombre. A l’époque, c’était un luxe, car les ordinateurs coûtaient excessivement cher. Au départ j’avais imaginé un ordinateur tout-en-un. Ensuite, j’ai travaillé sur un projet d’ordinateur portable pour finir par une tablette. J’ai laissé dormir le projet car à l’époque c’était quasiment impossible ! J’ai vraiment commencé à travailler sur cette tablette à partir premier semestre de 2010.

Vous avez une formation d’ingénieur, comment avez-vous travaillé pour concevoir cette tablette, notamment la partie «hardware» ?

Je ne suis pas encore ingénieur car j’ai fait une pause dans ma formation pour des raisons professionnelles.  Je me suis occupé seul de la partie hardware, ce qui m’a pris beaucoup de temps et de travail car ce n’est pas mon métier de base. Du coup j’étais obligé de demande l’aide d’un ami congolais expatrié au Canada qui est ingénieur, spécialiste en Java. Il m’a beaucoup aidé notamment pour la conception de «l’App Store» de la tablette. J’ai aussi demandé l’aide d’un autre développeur que je connais, basé en Asie. Lui m’a conçu une interface (un launcher) Android adaptée pour une tablette de 7 pouces.

Quelle est la particularité de votre tablette par rapport à l’iPad ou aux autres tablettes Android ?

Il s’agit d’une tablette d’entrée de gamme, donc une comparaison avec l’iPad ou la Xoom, qui sont des produits haut de gamme, serait assez difficile. Mais je reste persuadé que son coût bas et sa très bonne qualité  restent des atouts non-négligeables. Et puis, les autres tablettes mises sur le marché, rien que par le nombre d’unités produites, font d’elles des produits grand public en occident. Et les grandes marques qui les produisent ne s’intéressent pas vraiment à l’Afrique. Moi, je n’ai pas les moyens d’en produire assez, du coup, la tablette VMK est plutôt un produit de niche.

Techniquement, quelles sont ses caractéristiques ?

Elle a la même capacité qu’un iPad. La tablette fonctionne sous le système d’exploitation Android 2.3 avec un écran 7 pouces sous un processeur de 1 gigahertz et un espace disque de 4 gigaoctets avec 512 mégaoctets de RAM.

Quel a été le coût d’élaboration ?

Sans compter la phase de production, de bout en bout, ce projet a coûté près 114 000 euros sans apport d’un investisseur, juste par autofinancement. Mais pour la phase de production qui démarre au début du mois de septembre, nous avons déjà les garantis d’investissements, c’est juste une question de temps !

Son prix de vente?

Au Congo elle sera vendue autour de 150 000 Francs CFA (soit près de 200 euros).

Elle sera en vente qu’au Congo ?

Non mais sa présentation officielle se fera au Congo en septembre lors de l’Africa Web Summit que j’organise. Et la commercialisation est prévue fin septembre au Congo mais aussi dans plusieurs autres pays africains via un réseau de partenaires que nous sommes en train de monter. Le but à moyen terme est d’offrir la possibilité à tous d’avoir une tablette.

Votre tablette est fabriquée en Chine, pensée et développée au Congo avec des relais au Canada, en Asie…En quoi est-ce une tablette africaine, comme vous l’affirmez ?
 
L’iPad est une tablette pensée par une entreprise américaine mais assemblée en chine. Or, on dit bien d’elle que c’est une tablette américaine, n’est-ce pas ? Idem pour les tablettes d’Archos, qui est une entreprise française, qui assemble ses tablettes en Chine, on dit bien d’elles qu’elles sont des tablettes française voire européennes, n’est-ce pas ? Alors pourquoi  une tablette, imaginée par une entreprise congolaise, donc africaine, assemblée en chine, comme les 90% des tablettes sur le marché, qui sera distribuée dans plusieurs pays africain, ne serait-elle pas une tablette Africaine ? Rien que pour ça !

Que répondez-vous aux accusations de contrefaçon voire d’escroquerie industrielle porté à l’encontre de votre projet ?

Je pense que c’est un mélange d’afropessimisme et de mauvaise foi. On dit que c’est impossible qu’un tel projet puisse venir d’une si petite entreprise quand on voit les sommes importantes qu’injectent les grandes entreprises dans la Recherche et le Développement pour des produits équivalents.  C’est une preuve de mauvaise  foi. Il suffit de lire l’article, « TC Teardown: 13 Ways To Get To $10 Million In Revenues », de Steven Carpenter, publié sur le site d’information tech californien Techcrunch. Ce spécialiste de l’industrie y explique simplement : «Il y a trois facteurs pour lesquels je pense qu’on verra une explosion d’innovation dans le hardware ces prochaines années: 1) les coûts de fabrication vont continuer à diminuer en Chine en même temps que leur potentiel de produire des petites séries augmente, …».  Ce qui est fondé car en connaisseur de la Chine j’ai pu toucher  de près cette réalité.

Mais certains disent que les caractéristiques de votre tablette sont proches des contrefaçons chinoises…

Mais ce que certains ignorent c’est que j’ai défini ces «specs» depuis mai 2010 pour un produit qui devait sortir en Septembre 2011. Ce qui prouve que j’ai vu juste car c’est devenu la norme aujourd’hui. On dépeint la ville de Shenzhen en disant qu’elle est la plaque tournante de la piraterie en Asie, ce qui n’est pas faux, mais on omet de dire que c’est de Shenzhen que nous viennent les produits Apple, les ordinateurs HP, les téléphones portable & Smartphones ( Huawei, ZTE, HTC,…), les consoles de Jeux Playstation et bien d’autres ! Est-ce par oubli ? Non, je pense qu’il y a bien une mauvaise volonté derrière tout ça !

Avec cette tablette, votre start-up VMK se lance dans le «hardware», ce qui est rare en Afrique, pourquoi selon vous ?

Pour la simple raison que les infrastructures pour le hardware coutent très chères, ce qui que fait que beaucoup  de pays et d’entreprises privées n’osent pas se lancer dans de tels investissement quand on sait qu’il nous manquent encore des hôpitaux, des routes, des écoles,…