Surtaxe des appels entrants Sonatel refuse encore de payer Tigo et Expresso entrent en rébellion ?

Actualités Télécom

Jusqu’ici, seule la Société nationale de télécommunication (Sonatel) était en première ligne de la fronde contre la surtaxe sur les appels entrants internationaux. Jeudi dernier Sonatel a jeté à la poubelle une nouvelle facture de 04 milliards de francs Cfa équivalents à la surtaxe sur les appels entrants pour le mois de novembre dernier. Sonatel a naturellement refusé de payer et sa position est maintenant renforcée par les autres opérateurs qui n’entendent plus courber l’échine.

Car, depuis vendredi dernier, Expresso et Tigo sont sortis de leur torpeur pour élever la voix contre cette trouvaille de Wade visant, en partie et par prolongement, à renflouer la besace du Plan Takkal de son fils. Accusé par la rumeur de s’acoquiner au pouvoir et de collusion avec certaines personnalités de l’Etat, Expresso fait désormais dans le pragmatisme commercial qui place l’argent et le profit avant et après et toute autre chose. C’est ainsi que cette société élève maintenant la voix contre les taxes tous azimuts que subissent les opérateurs qui crient au scandale.

Mais c’est surtout la taxe appelée Codette instaurée par le tout puissant ministre de l’Energie, Karim Wade, qui indispose Expresso et Tigo. Ensemble, ils l’ont fait savoir à Alassane Dialy Ndiaye, le ministre des Connectivités et au représentant de l’Agence de régulation des postes et télécommunications (Artp). C’était vendredi dernier lors d’une rencontre portant discussions sur la surtaxe des appels entrants internationaux. Le représentant de Expresso s’est surtout étonné que les opérateurs de téléphonie versent une grosse partie de leurs revenus au Plan Takkal de Karim Wade et qu’en plus de croupir sous le poids d’autres taxes, l’Etat leur demande de saigner à nouveau pour une surtaxe sur les appels entrants sans aucune forme de procès. Une complainte partagée par Tigo qui a emboité le pas à la Sonatel et Expresso.

Pris de court par cette union sacrée, le ministre Alassane Dialy Ndiaye qui vient d’avoir sous sa tutelle le contrôle de l’Artp, a promis de rendre compte à la seule constante de cette histoire, à savoir Abdoulaye Wade.