Algérie: Le ministère des finances annonce la signature d'un protocole d'accord avec Vimpelcom

Actualités économiques

Les choses commencent à s'éclaircir concernant le dossier Djezzy. Après l'annonce faite, avant-hier, par le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Moussa Benhamadi, sur la décision de l'Algérie de racheter 51% du capital de l'opérateur téléphonique, deux communiqués diffusés par le ministère des Finances et le propriétaire de Djezzy, Vimpelcom, sont venus apporter un peu plus de détails sur cette transaction.

Ainsi, selon le ministère des Finances, le groupe russe Vimpelcom a accepté de céder à l'Etat algérien la majorité du capital de l'opérateur téléphonique Djezzy.

Selon le même document, les deux parties ont signé à cet effet, samedi dernier, un «protocole d'accord» (protocole d'intention) dans lequel ils ont confirmé leur intention de poursuivre les modalités de cette cession.

«Le ministère des Finances et Vimpelcom ont procédé, le 7 janvier, à la signature d'un protocole d'accord dans lequel ils ont confirmé leur intention de poursuivre les discussions en vue d'examiner les modalités d'une éventuelle cession à l'Etat algérien, par Orascom Telecom Holding (OTH), d'une participation majoritaire dans le capital de sa filiale Orascom Télécom Algérie (OTA)», lit-on dans le communiqué rapporté par l'APS.

Le ministère a ajouté que «l'Etat algérien et Vimpelcom se sont chacun engagés à procéder à une évaluation de l'entreprise de télécommunications, et à entamer les négociations sur les termes et conditions dans lesquels la cession d'une participation majoritaire dans le capital de l'entreprise de télécommunications pourrait intervenir».

Toutefois, toujours selon le communiqué, l'accord en question accorde aux deux parties «la liberté d'interrompre à tout moment les discussions en cours», ajoutant que les deux parties «ont confirmé leur volonté de coopérer en vue du développement d'OTA», par la conclusion de cet accord.

Quant à «la gouvernance et les moyens de contrôle de la gestion d'OTA», le ministère précise qu'ils «seront répartis entre OTH et l'Etat algérien selon les modalités qui restent à convenir entre les deux parties».

Pour sa part, Vimpelcom a souligné dans le communiqué, diffusé sur son site web, que la transaction devrait répondre à certaines conditions et, particulièrement, l'obtention d'«un prix acceptable qui arrangera les deux parties».

Le même document ajoute aussi qu'«une telle transaction serait soumise à l'élaboration d'une documentation définitive et un accord mutuel sur le prix».

«La signature du MOU entre le ministère des Finances et Vimpelcom permettra aussi, selon le même document, d'entreprendre un processus pour aboutir à une estimation d'OTA, et il se fera avec la participation des conseillers financiers de chaque partie». En outre, «la transaction exigera aussi l'approbation d'OTH et de Vimpelcom».

Pour rappel, des négociations dans la plus grande confidentialité s'étaient tenues ces derniers mois, et confirmées en octobre 2011 par le ministre des Finances, lors de la visite à Alger du patron de Vimpelcom, Jo O. Lunder.

Avant le début des négociations, Vimpelcom avait refusé de céder Djezzy, la filiale «la plus juteuse» du groupe OTH et, par la suite, il a proposé plus de 7,8 milliards de dollars à l'Etat algérien.

L'Algérie a décliné cette proposition, en mai 2011, par la voix de son Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui avait déclaré que le gouvernement allait faire valoir son droit de préemption sur la cession de Djezzy par la maison mère au groupe russe.

Il y a lieu de noter que le directeur général de Djezzy, Tamer El Mahdi, interrogé sur ce sujet lors d'une conférence de presse tenue, hier à Alger, s'est contenté de parler du communiqué du groupe Vimeplcom.

Le groupe russe est devenu majoritaire dans le capital d'OTH, à hauteur de 51,7%, maison mère d'OTA (Djezzy), après avoir racheté la majorité du capital du groupe italien Wind Telecom.