Sénégal: Cheikh Tidiane Mbaye - "Notre pays a fait un bond en arrière de 40 ans"

Actualités Télécom

Dans son chiffre d'affaires, estimé à 400 milliards de francs Cfa en 2011, la Sonatel a versé à l'Etat du Sénégal, plus de la moitié de cette somme, soit plus de 200 milliards.

C'est la révélation faite hier par Cheikh Tidiane Mbaye, Directeur général de la Sonatel. S'exprimant hier, lors du point de presse organisé par la Conférence des télécommunications ouest africaines (Ctoa), suite à sa session extraordinaire élargie aux autres opérateurs de la sous-région.

Mbaye, qui a déploré l'instauration de la surtaxe sur les appels entrants, a souligné que 'le Sénégal a fait un bond en arrière de 40 ans'. Car, selon lui, cette surtaxe provoque une diminution du volume du trafic international entrant, une baisse du chiffre d'affaires des opérateurs et des recettes fiscales.

Dans de nombreux cas, les tarifs intracommunautaires sont nettement plus élevés que ceux des appels vers le reste du monde. Ce qui entrave, selon lui, l'intégration sous-régionale.

A en croire le directeur général de la Sonatel, cinq mois après l'instauration de la surtaxe sur les appels entrants par décret présidentiel, le Sénégal, avec la baisse du trafic, a enregistré une perte fiscale de 25 %.

Et selon Cheikh Tidiane Mbaye, cette perte va s'accentuer pour atteindre 35 % en 12 mois.Les seuls pays au monde à avoir instauré la surtaxe sur les appels entrants se situent en Afrique Subsaharienne dont le Sénégal, le Ghana, la Guinée, la Mauritanie, le Libéria et le Congo.