Sénégal: Le système Gaïndé intégral va révolutionner le dédouanement

Actualités informatiques

La Douane a lancé, hier, le système Gaïndé intégral. Ce nouveau dispositif ouvre une nouvelle étape dans l'accélération des procédures de dédouanement avec une réduction de l'utilisation des papiers. Ainsi, le dédouanement devient de plus en plus automatisé et dématérialisé.

La Douane sénégalaise s'ancre dans la modernisation des procédures de dédouanement. Elle a lancé, hier, le système Gaïndé intégral, qui capitalise les applications des versions Gaïndé 1990 et 2000 et celles de Gaïndé portable 2005, ainsi que la dernière version 2011. Le Gaïndé intégral concentre donc plus d'applications et dispose d'un champ d'action plus élargi.

« Le Gaïndé intégral a pour objectif de fédérer toutes les applications de la Douane pour réaliser une automatisation de l'ensemble de nos procédures depuis le pré-dédouanement jusqu'à l'enlèvement des marchandises, sans oublier la gestion des régimes et des exonérations », explique le directeur de la Facilitation et du Partenariat avec l'entreprise, Ousmane Mbengue.

C'est une étape importante de la dématérialisation des procédures douanières qui vient d'être franchie. «Nous sommes au seuil d'une nouvelle étape qui sera la dématérialisation des procédures et qui parachève provisoirement le Gaïndé intégral », avance Ousmane Mbengue.

Le nouveau système donne la possibilité de suivre l'évolution d'un dossier d'enlèvement d'une marchandise. Jusqu'à présent, rappelle Ousmane Mbengue, le système Gaïndé ne s'occupait qu'essentiellement du dédouanement dans un bureau de douane, le processus commence dès que le manifeste est enregistré.

Par contre, avec le Gaïndé intégral, le processus de dédouanement peut être enclenché en amont, c'est-à-dire dès l'embarquement de la marchandise au port de départ.

« Le nouveau système permet au consignataire de charger son manifeste dès le départ du navire. Lorsque le manifeste est chargé et enregistré, les opérations peuvent être tout de suite faites ; cela veut dire que dans l'absolu, quelqu'un peut déposer une déclaration et après le contrôle, obtenir la main levée avant même que le bateau n'arrive à Dakar », explique Ousmane Mbengue.

Ces innovations viennent ainsi s'ajouter à l'allégement et à l'accélération des procédures de dédouanement. Ce qui donne au Sénégal une longueur d'avance sur les autres pays de l'Ueoma et de l'Afrique.

Le passage à Gaïndé intégral, comme l'ont rappelé les responsables, répond aux besoins de se conformer aux standards internationaux de contrôle douanier d'une part et de facilitation des échanges commerciaux comme le recommande l'Organisation mondiale des douanes (Omd) d'autre part.

« Le système Gaïndé nous permet d'avoir des délais compétitifs alignés sur les standards internationaux. Nous aurons un gain de temps qui est un critère de compétitivité », a soutenu le directeur général des Douanes, Mamadou Makhtar Cissé.

En plus des retombées économiques pour les opérateurs et l'économie nationale, ces innovations ont aidé la Douane à franchir le cap de 500 milliards de francs Cfa de recettes. En conséquence, le directeur général a invité tous les agents à être debout, à s'investir pour la pérennisation de l'utilisation de ce système.