Madagascar: Télécommunications - Hausse de 40% du tarif

Actualités Télécom

L'on redoutait la hausse du prix des carburants ou de l'électricité, c'est la télécommunication qui a pris les devants. La hausse est plutôt importante.

Désagréable surprise matinale, hier, pour des abonnés des opérateurs en téléphonie mobile. Pour une fois, ils ont reçu des sms qui n'annoncent pas une promotion ou des annonces illimitées. Il s'agit plutôt d'une révision de tarif.

Pas de détail, bien sûr, mais une annonce soft qui n'a apparemment rien de dramatique. Tout s'est donc fait sans le moindre préavis.

La majoration s'est glissée comme une lettre à la poste. En fait, elle est imposée sans concertation avec l'État, comme c'est le cas avec les carburants.

Les choses sont plus précises sur les sites de certains opérateurs. La hausse est presque uniforme pour tous les opérateurs et tourne autour de 40 % pour les numéros friends au sms, en passant par les appels vers d'autres opérateurs. Pour l'appel basique prépayé de 5 ariary la seconde, par exemple, désormais c'est entre 7,5 et 8 ariary.

Dans cette grandeur, la hausse n'a rien de terrifiant, mais rapportée à la durée d'un appel, elle est importante. Les abonnés doivent encaisser, qu'ils le veuillent ou non.

Pour le moment, aucune explication n'a été fournie ni du côté des opérateurs, ni du côté de l'État, en l'occurrence le ministère de la Télécommunication et des Nouvelles technologies ou l'Office malgache de régulation des télécommunications.

Aucun responsable n'a pu être joint dans ces deux départements. Les opérateurs restent également silencieux face aux sollicitations pour trouver des explications à cette hausse subite.

Des sources concordantes affirment, cependant, que la majoration tire sa source à une taxe de 45% imposée par l'État depuis 2008. Les opérateurs auraient tenté de négocier pour diminuer cette taxe mais en vain.

Avec l'arrivée d'un 4ème opérateur et la stagnation du nombre d'abonnés depuis quelques temps, le marché s'est rétréci. La marge des opérateurs s'est amenuisée.

Récemment, un opérateur a dû opérer une restructuration pour amoindrir ses charges et assainir la situation. La hausse était dans l'air depuis quelque temps et elle est arrivée à un point où les opérateurs sont contraints d'y procéder.

Il va sans dire que cela va avoir un sacré impact au niveau des consommateurs et des entreprises. La situation économique va indubitablement accuser un coup.

Les télécommunications sont devenues une denrée indispensable pour le commun des Malgaches de 7 à 77 ans. Dans le plat quotidien, les sms ont même remplacé le riz dans certains foyers.

Une guerre marketing s'annonce pour tenter de dissoudre cette hausse à travers les offres promotionnelles. Mais la situation n'a rien de cocasse et n'est pas propice pour s'envoyer des sms du genre mdr (mort de rire). Désormais cela coûte une petite fortune.