Appels entrants : L’Etat annule la surtaxe et mise sur le contrôle

Actualités Télécom

Le décret d’aout 2011 sur la surtaxe a été abrogé par le président de la République Macky Sall. Ceci était une promesse électorale bien respectée. Mais le projet de contrôle des appels entrants, en tant que tel n’a pas été abandonné par les nouvelles autorités qui font face à un problème budgétaire.

« Nous sommes heureux d’être arrivés à un accord entre l’Etat du Sénégal et les opérateurs de télécommunication après de longues discussions souvent difficiles mais toujours responsables » a déclaré le Ministre des Finances Amadou Kane après sa rencontre avec les opérateurs « Orange », « Expresso » et « Tigo ». Les débats ont été difficiles parce que les nouvelles autorités ont voulu couper la poire en deux. Car en vérité, l’Etat a besoin de ces fonds issus de la surtaxe. En plus, les opérateurs ont des factures de plusieurs milliards de FCFA à payer au trésor public.

« Si l’engagement des nouvelles autorités d’annuler cette décision ne faisait pas de doute eu égard notamment aux engagements pris par le président Macky Sall lors de la dernière campagne électorale, il reste qu’il fallait prendre en compte les intérêts de l’Etat dont une partie des recettes pour la loi des finances 2012 dépendait de ce décret » a fait savoir le Ministre des Finances qui, sans le dire ouvertement, laisse comprendre que l’Etat compte sur les retombées de la surtaxe pour boucler le budget 2012.

Et une précision de taille du Ministre Amadou Kane qui a salué « l’attitude responsable des opérateurs de téléphonie ». « En effet, au-delà de l’opportunité de la suppression de cette surtaxe des appels entrants, ces opérateurs ont compris la nécessité de ne pas précariser davantage l’état actuel déjà difficile de nos finances publiques » a confié le Ministre. Par conséquent, on peut comprendre que les opérateurs ne s’opposent plus à l’application de la surtaxe et au contrôle des appels entrants. Mais leur préoccupation majeure c’est la concertation et le dialogue.

S’agissant de la compétitivité du secteur, Amadou Kane a « confirmé toute sa disponibilité à exploiter avec les opérateurs toutes les possibilités et modalité pratiques » de contrôle des communications et de lutte contre les fraudes. Ceci confirme que l’Etat n’entend pas abandonner le projet de contrôle du volume des appels entrants. Reste à voir les modalités d’application de la surtaxe au Sénégal, sans compromettre les intérêts des opérateurs.