Côte d'Ivoire: jamais deux sans trois pour Warid Telecom

Actualités Télécom

Jamais deux sans trois, dit l'adage. Après deux audiences ratées (le 17 avril, puis le 8 mai 2012), une troisième audience avait été décidée par la justice ivoirienne pour juger l'affaire qui oppose Warid Côte d’Ivoire SA à ses anciens employés, au nombre de 105. Mais, comme lors des deux premières audiences programmées, les représentants de Warid Telecom ne se sont pas présentés au tribunal.

Un nouveau report a été décidé par le juge, cette fois le 7 juin 2012. Une source proche du ministre ivoirien des NTIC, cité par le cyberjournal ConnectionIvorienne.net affirme que "c'est un dossier qui commence à irriter le ministre Koné Bruno. Mais le gouvernement ne veut pas s’inviter dans cette palabre. Donc, tout le monde a les regards vers la justice". La justice, pour sa part, écrit encore le cyberjournal, citant un juriste, "ne se laissera pas ridiculiser par des individus, qu'ils soient riches ou puissants".

Pour rappel, les ex-employés de l'opérateur de télécommunications Warid Côte d'Ivoire SA lui réclament plus d'un milliard de francs CFA (1,9 million de dollars) pour licenciement abusif. Des bruits et rumeurs suggèrent que la compagnie sur la sellette serait en train d'essayer d'obtenir une licence 3G pour opérer de nouveau en Côte d'Ivoire avant la fin de l'année 2012.