Burkina Faso: 11 milliards de fcfa pour réduire la fracture numérique

Actualités informatiques

La contribution des Technologies de l'information et de la communication (TIC) au développement économique et social est aujourd'hui incontestable. Les TIC sont reconnus comme l'un des leviers importants de la croissance économique.

En Afrique de l'Ouest, malgré les efforts des gouvernements pour un meilleur accès des populations aux TIC, il subsiste encore des obstacles infrastructurels. Pays enclavé, le Burkina Faso ressent ces contraintes d'accès de façon plus pesante.

En vue de renforcer les dispositifs existants, la Banque mondiale a décidé d'apporter un soutien financier au gouvernement du Burkina Faso pour la mise en œuvre du Projet régional des infrastructures de communication de l'Afrique de l'Ouest (PRICAO-BF).

Ce projet s'inscrit dans le cadre de la première phase du Programme régional des infrastructures de communication de l'Afrique de l'Ouest dont l'ambition est d'étendre et d'améliorer la connectivité et rendre plus performant le système de communication électronique (téléphone mobile et Internet) dans la sous-région Ouest africaine.

Des négociations avec la Banque mondiale dans le cadre de la mise en oeuvre de ce projet ont eu lieu en mai 2011. La signature de l'accord de financement avec l'institution de Breton Woods est intervenue le 4 juillet 2011 suivie de la mise en vigueur du projet le 22 décembre 2011.

En procédant au lancement officiel du PRICAO-BF, le 12 janvier 2012, le ministre des Transports, des Postes et de l’Économie Numérique, Me Gilbert Noe Ouédraogo dont le département assure la tutelle technique du projet, a souligné que ce projet s'inscrit à juste titre dans les priorités actuelles du gouvernement pour un meilleur développement des TIC, en vue de favoriser un accès plus large des populations et des acteurs économiques aux services de la communication électronique.

La représentante-résidente de la Banque mondiale, Galina Sotirova, s'est réjouie que son institution apporte un appui à ce secteur qui constitue un des leviers de la croissance économique du Burkina Faso. Elle a souligné que le Burkina Faso est le troisième pays bénéficiaire de ce programme régional.

Un appui aux efforts du gouvernement en matière des TIC

Le Projet régional des infrastructures de communication de l'Afrique de l'Ouest dont l'objectif est de contribuer à accroîetre la portée géographique des réseaux à large bande, de baisser les coûts et améliorer la qualité de la connectivité régionale et internationale vient en appui aux efforts déjà consentis par le gouvernement dans la promotion de l'accès aux TIC.

En effet, dans le souci de développer les infrastructures économiques, le gouvernement burkinabè a décidé de mettre l'accent sur des domaines d'actions prioritaires telles les infrastructures dédiées au domaine postal et aux TIC afin d'augmenter la productivité dans tous les secteurs et de favoriser l'expansion du marché au-delà des frontières.

Ces efforts ont permis d'enregistrer de nos jours, l'existence de trois opérateurs globaux titulaires de licences de téléphonie mobile, de téléphone fixe et de données, d'un opérateur de réseau pour la fourniture de services internet, d'un opérateur fournisseur de capacités de transport, de 36 fournisseurs d'accès Internet, plus de 5 707 850 abonnés à la téléphonie mobile, d'une télé-densité mobile de 36,28% et enfin plus de 28 741 abonnés à Internet.

En dépit de ces efforts du gouvernement et des acquis engrangés dans le domaine des TIC, fort est de constater qu'il reste beaucoup à faire pour rendre les TIC accessibles à la majeure partie de la population. C'est dans ce cadre qu'il convient de louer la mise en place du PRICAO-BF, fruit de l'excellente coopération entre notre pays et la Banque mondiale.

Ce projet vient, en effet, matérialiser la volonté résolue et manifeste de la Banque mondiale d'apporter des solutions adaptées aux réalités et aux priorités de ses différents membres en général et du Burkina Faso en particulier.

Améliorer la connectivité

L'objectif du PRICAO-BF est d'accroîetre la couverture géographique des réseaux à bande passante de grande capacité et de diminuer les coûts des services de communication au Burkina Faso. Pour ce faire, le projet qui va engloutir plus de 23 millions de dollars US, soit environ 11 milliards de FCFA en cinq ans, se décline en trois composantes :

Amélioration de la connectivité ; Création d'un environnement propice et le renforcement des capacités institutionnelles pour une connectivité améliorée ; Mise en oeuvre du projet.

Composante 1 : Amélioration de la connectivité

Elle vise à garantir la connectivité internationale pour le Burkina Faso à travers deux sous-composantes

Sous-composante 1 : Amélioration de la connectivité internationale qui consiste en :

• la fourniture d'une connectivité internationale globale à l'ensemble des opérateurs agréés du Burkina Faso, à travers l'achat d'une bande passante à haute capacité auprès des pays voisins et devant être livrée à un Point de présence désigné ou Point d'atterrissement virtuel dans le pays.

Cette sous-composante inclut aussi l'élaboration du cadre juridique et de transaction pour les Partenaires publics privés y relatif, y compris pour le processus d'appel d'offres, et englobant le financement de la location de capacité et les coûts d'exploitation et de maintenance ainsi que la fourniture d'équipements et de services requis à cet effet ;

• la mise en place d'un Point d'atterrissement virtuel libre d'accès, y compris un Point d'interconnexion internet (IXP), à travers des travaux et fournitures de biens et services requis pour la construction du point d'accès et d'interconnexion des opérateurs sur le territoire de notre pays à la capacité fournie par des opérateurs réseaux de câbles sous-marins.

Sous-composante 2 : Amélioration de la Connectivité régionale. Cela consiste au :

• développement d'une liaison par fibre de la capitale Ouagadougou à la ville de Paga à la frontière avec la République du Ghana en vue de fournir une redondance, la sécurité et un accès élargi à une capacité à faible coût, englobant le financement du contrat de fourniture et d'installation à cet effet de la prestation de services consultatifs pour le processus d'appel d'offres ;

• déploiement de l'infrastructure nationale du Burkina afin d'améliorer l'accès aux communications, à travers des travaux et la fourniture de biens et de services, aussi bien de consultants que de non-consultants, requis pour l'installation d'un réseau virtuel étatique à haut débit en vue d'améliorer l'utilisation des TIC des institutions publiques décentralisées.

Composante 2 : Création d'un environnement propice pour la connectivité

Cette composante concerne l'exécution d'un programme d'assistance technique et de renforcement des capacités dans le but de créer un environnement favorisant la mise en place d'un modèle d'appropriation et de gestion des infrastructures internationales, régionales et nationales sur la base de cadres de partenariat public-privé (PPP).

Ces cadres de PPP doivent respecter les principes de libre accès non discriminatoire requis pour la réussite de la mise en oeuvre de la partie 1 du projet, tout en maximisant le rôle du secteur privé et couvrant la prestation de services et de biens, requise

Composante 3 : Gestion du projet

Elle vise à fournir le soutien nécessaire pour renforcer la capacité du gouvernement à mettre en oeuvre ce projet, y compris le fonctionnement de l'Unité d'exécution du projet, l'acquisition de matériels informatiques, roulants et de bureaux ainsi que la mise en oeuvre du système de suivi-évaluation.

Ce projet qui va certainement améliorer de façon significative l'accès aux TIC est placé sous la coordination de l'Unité de coordination du programme sectoriel des transports (UC/PST).

Le PRICAO-BF en définitive, profitera à plusieurs acteurs de développement à savoir les universitaires, les opérateurs et utilisateurs de télécommunications, les écoles et l'administration publique et à tous les utilisateurs des TIC.