Inauguration de nouveaux liens transfrontaliers entre le Ghana, le Togo et le Burkina Faso

Actualités Internet

Trois opérateurs leaders de télécommunication Vodafone Ghana, Togo Telecom et ONATEL-SA ont procédé à l'inauguration de l'interconnexion par fibre optique entre le Burkina Faso, le Ghana et le Togo.

Renforcer les capacités opérationnelles des 3 opérateurs et des 3 pays pour les services internationaux des technologies de l'information et de la communication (TIC) et assurer des meilleures prestations à leurs clientèles respectives.

C'est le but de cette interconnexion dont la cérémonie d'inauguration a été placée sous le parrainage des ministères en charge de télécommunications des trois pays. C'était le 28 juin 2012 à Cinkansé, Togo.

Avec l'évolution de la technologie, les liaisons par faisceau hertzien sont devenues obsolètes face aux besoins de la clientèle de plus en plus exigeante. D'où la nécessité d'évoluer vers l'utilisation des fibres optiques.

Un Consortium entre trois operateurs leaders de télécommunication dans leur pays : ONATEL-SA Vodafone Ghana et Togo Telecom a abouti à l'interconnexion des réseaux à fibre optique entre le Burkina Faso, le Ghana et le Togo.

C'était le 28 juin 2012 à Cinkansé, Togo. Pour Sam P. Bikassam, directeur général de Togo Télécom, cette cérémonie marque la force et la volonté des 3 opérateurs de mettre en commun leur compétence en vue d'augmenter leur capacité et d'optimiser la qualité et la sécurité de leur fibre de communication.

Jaouad Hamed représentant du directeur général de ONATEL-SA a indiqué qu'avec cette interconnexion une nouvelle ère de relation s'ouvre pour les 3 opérateurs et « offre l'opportunité à nos Etats, nos institutions, nos entreprises et nos populations de communiquer entre eux dans des conditions les plus optimales ».

« Grâce à nos partenaires cette interconnexion est une opportunité d'offrir un accès internet aux populations de la sous-région », a dit Lucy J. Quist, directrice générale de Vodafone Ghana.

Jaouad Hamed a signalé la fin très prochainement d'un autre chantier de liaison à fibre optique entre le Burkina Faso et le Niger. Le représentant de la ministre Togolaise de télécommunication Atcha Dedji Affoh a quant à lui indiqué qu'avec cette inauguration, la politique d'interconnexion entre pays des espaces économiques de l'Union économique monétaire ouest-africaine (UEMOA) et de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) vient d'être mise en marche.

Haruna Iddrissu, ministre ghanéen des télécommunications a pour sa part lancé un appel à l'endroit des autorités de régulation et opérateurs de télécommunication pour qu'ils diminuent les tarifs d'accès à l'internet afin qu'il puisse être accessible à l'ensemble de la population des 3 pays.

Dans cette foulée, madame Ouandaogo Lucie a au nom du ministre Burkinabè en charge de l'économie numérique exhorté les populations à œuvrer non seulement pour que cette interconnexion serve à l'amélioration de leurs activités professionnelles et au renforcement des liens socioculturels existant entre nos communautés, mais aussi à la protection surtout des réseaux à fibres optiques qui traversent leurs territoires.

Elle a relevé qu'au plan continental, cette interconnexion participe à la réalisation de l'engagement de connecter toutes les capitales africaines au plus tard en 2012, décision prise pat nos chefs d'Etats et de gouvernements lors du sommet « Connecter l'Afrique », tenu à Kigali en octobre 2007.

Madame Ouandaogo Lucie a ajouté que cette interconnexion sera bientôt renforcée par la réalisation d'une 2e liaison entre le Burkina Faso et le Ghana dans la zone frontalière de Paga-Dakola. « Dans le cadre du groupe Maroc Telecom ;

un vaste chantier d'interconnexion par fibre optique reliant le Maroc, la Mauritanie, le Mali et le Burkina est en cours de réalisation et sera bientôt opérationnel », a dit le représentant du DG de l'ONATEL SA.

Madame Ouandaogo Lucie a au nom du ministre en charge de l'économie numérique exprimé sa reconnaissance à l'union internationale des télécommunications (UIT), à l'UEMOA et à la CEDEAO pour toutes les initiatives en faveur du développement de ces infrastructures essentielles.

Assoki BAHAM, chef du système de transmission Togotelecom

Les 3 pays sont prêts à augmenter leur débit de connexion

« Sur ce site de Togo Telecom nous n'avons rien que des équipements de transmission optix OSN 7500 d'une capacité de 350 Gbits pour les 3 pays (Burkina, Ghana, Togo). C'est ici qu'arrivent les 3 câbles des 3 pays. Nous avons du coté de chaque pays une capacité de 2,5 Gbit.

L'interconnexion de tous les trafics ce fait dans ce bâtiment afin d'augmenter les trafics entre les 3 pays et en même temps de servir de protection au cas où un des 3 pays rencontre des problèmes.

Et ça va leur permettre d'avoir accès au système de câble sous-marin qui se trouve au bord de la mer. A partir de maintenant, du point de vue technique et commercial, les 3 pays sont prêts à augmenter leur débit de connexion ».