Sénégal: La Senelec a les rudiments pour s'engager dans la téléphonie

Actualités Télécom

La Société nationale d'électricité (SENELEC) dispose de "tous les rudiments" pour s'engager dans l'acquisition d'une quatrième licence de téléphonie au Sénégal, a estimé le syndicaliste Mademba Seck, relevant qu'une licence de téléphonie pourrait aider cette entreprise à résorber son déficit financier.

"Pour la quatrième licence de téléphonie, je peux dire que la SENELEC a tous les rudiments et les embrayons pour s'engager. Je n'en pense pas moins qu'une telle licence pourrait aider la société publique à faire face à la demande des abonnés", a dit Mademba Sock, dimanche, dans l'émission Grand jury de RFM (privée) dont il était l'invité.

Secrétaire général du Syndicat unique des travailleurs de l'électricité (SUTELEC), M. Sock pense que si la SENELEC opère dans la téléphonie, elle serait "un fort concurrent" de la Société nationale de télécommunication (SONATEL).

"Je suis convaincu que la SENELEC a tous les moyens pour être éligible pour une quatrième licence (...). Ainsi elle serait de fait un concurrent sérieux à la SONATEL", a-t-il dit, invitant le Conseil d'administration à soumissionner pour l'obtention de ladite licence.

"Il appartient au Conseil d'administration de donner à la SENELEC les moyens pour s'engager. La société de l'électricité a des relais surtout avec la fibre optique de Manantali qui est le support essentiel pour la téléphonie, la SENELEC pourrait prendre sa part du marché", a expliqué le secrétaire général du SUTELEC.

"Le débat s'est posé depuis un certain nombre de temps avec tous les moyens matériels dont dispose la SENELEC notamment sa fibre optique, ses relais, les poteaux. Ceux qui sont compétents en matière de téléphonie ont dit que rien avec son réseau, la SENELEC peut s'engager dans la téléphonie", a-t-il fait valoir.

Mademba Sock a toutefois évité de faire un rapprochement entre la démission de Cheikh Tidiane Mbaye du poste de directeur du Conseil d'administration et les intentions prêtées à la SENELEC de vouloir soumissionner pour une quatrième licence de téléphonie au Sénégal.