Sénégal: Grappe «Tic-Teleservices » - Faire de l'économie numérique un moteur de croissance

Actualités informatiques

Faire des Tic et de l'économie numérique le moteur de la croissance de l'économie sénégalaise à l'horizon 2015, telle est l'ambition du plan d'action 2012-2015 de la grappe «Tic-téléservices» de la Stratégie de croissance accélérée.

Le Secrétariat permanent de la Stratégie de croissance accélérée (Sca) a organisé, hier, à Dakar, un atelier de validation du plan d'action 2012-2015 de la grappe «Tic et téléservices», réunissant l'ensemble des acteurs du secteur des Tic.

L'objectif était de formuler une stratégie nationale de développement de l'économie numérique qui prévoit, entre autres mesures institutionnelles, l'élaboration d'une lettre de politique sectorielle, ainsi que la mise en place d'une structure de haut niveau de pilotage et d'un observatoire des Tic.

Pour finaliser ce dispositif institutionnel et législatif, domaine dans lequel le Sénégal est cité en exemple en Afrique (avec notamment l'adoption, en février 2011, d'un nouveau Code des télécommunications), le directeur de cabinet du ministre de la Communication, des Télécommunications et des Postes, Souleymane Demba Sy, a annoncé que le décret d'application dudit Code sera bientôt signé.

Le projet de plan d'action prévoit une série de mesures pour améliorer l'environnement concurrentiel du secteur des Tic, d'ici 2015 : faire respecter les règles communautaires sur la concentration économique, renégocier les licences des opérateurs pour les étendre vers une licence globale, finaliser le cadre de référence d'attribution des autorisations d'infrastructures et faire appliquer le principe de la tarification orientée vers les coûts tel que défini dans le Code des télécoms.

L'accès aux financements sera facilité par la mise en place de fonds d'investissement et d'innovation dédiés au secteur des Tic et téléservices. Il est prévu la création d'une usine d'assemblage d'ordinateur et la réalisation du projet de Cyber village sur le site du Technopôle.

Le passage à l'audiovisuel numérique, la généralisation des cyber-cases et la mise en œuvre du projet d'installation des points e-gov devront améliorer l'accès aux Tic des populations dans les zones rurales et les zones urbaines à faible revenus.Ces mesures, si elles sont mises en œuvre, devraient faire des Tic un puissant moteur de croissance capable de tirer les autres secteurs.

Dans cette optique, le directeur de cabinet du ministre de la Communication, des Télécommunications et des Postes estime que le Sénégal dispose déjà d'un environnement législatif et réglementaire propice. Il ne reste plus qu'à accompagner «de manière plus efficace» les initiatives du secteur privé dans le domaine des Tic, dit-il.

Pour Karim Sy de l'Organisation des professionnels des technologies de l'information et de la communication (Optic), syndicat affilié au Conseil national du patronat (Cnp), qui exprimait la vision du secteur privé, toute stratégie de développement des Tic doit s'adosser à ces axes suivants : identifier les acteurs, encourager les partenariats publics-privés (Ppp) et faciliter l'accès aux financements, etc.