Madagascar: La Réunion - Du nouveau dans la téléphonie mobile

Actualités Télécom

À l'instar de Free en France, Izi, opérateur internet réunionnais souhaite pénétrer le marché de la téléphonie mobile. Il promet des tarifs réduits, et de faire « bouger les lignes ».

Si le lancement de la marque Izi Mobile est prévue aujourd'hui, les consommateurs devront patienter un an minimum pour profiter d'offres aux tarifs « au moins divisés par 2 ». Le temps pour Izi d'installer un réseau d'antennes, mais surtout d'obtenir les fréquences nécessaires à ce développement.

« Aux mêmes maux les mêmes remèdes », martèle Yann de Prince. Devant un marché réunionnais de téléphonie mobile « peu concurrentiel » et « loin d'être saturé, contrairement à ce qu'on veut nous faire croire », le PDG d'Izi et de Mobius veut emprunter la méthode de Xavier Niel, le fondateur de Free. Se frotter aux opérateurs historiques et faire évoluer les tarifs pratiqués - « 4 fois plus cher ici qu'en métropole »- voilà l'objectif de la filiale Izi Mobile dont le lancement est prévu aujourd'hui. Sa promesse : proposer des offres « divisées au moins par 2 » par rapport à SFR ou Orange.

Après huit mois de négociations infructueuses avec ses concurrents pour utiliser leur infrastructure et se convertir ainsi en opérateur virtuel (ou MVNO), Izi veut tenter l'aventure en solo et monter son propre réseau dores et déjà habilité à recevoir la 4G.

Cet investissement, le possible quatrième opérateur le chiffre à 50 millions d'euros, dont 35 millions alloués au déploiement des antennes. « Il est évident que nous ne nous lancerons pas tant que nous n'aurons pas une couverture équivalente à celle de nos concurrents », précise Yann de Prince qui estime que ce projet drainera quelque 150 embauches, dont il assure qu'elles seront toutes pourvues localement.

Ne manque plus que l'autorisation de l'Arceps, l'autorité de la régulation des télécoms, pour l'attribution de fréquences. Sur ce point, le PDG est confiant : « L'Arceps délivre généralement les autorisations dans un laps de quatre mois et je ne vois pas de raison pour que nous n'y soyons pas éligibles ». Ajoutons à cela un minimum de 6 mois pour la construction du réseau. Les consommateurs auront donc à patienter minimum un an pour connaître les nouveaux tarifs d'Izi...