Congo-Kinshasa: Le Groupe France Télécom Orange bientôt en activités

Actualités Télécom

Les activités du Groupe France Télécom Orange en RDC, héritier de la société de communication Congo Chine Télécom (CCT), vont démarrer bientôt, a annoncé jeudi à Kinshasa son directeur exécutif international Orange de la zone Afrique, Moyen-Orient et Asie (AMEA) et président du Conseil d'administration de CCT, Marc Rennard, lors d'un point de presse animé avec le directeur général de CCT Jean-Léon Bonnechère.

00% du capital de CCT que se partageaient initialement l'équipement ZTE (51%) et l'Etat congolais (49%) et qui possédait une licence nationale, un réseau de qualité et une bonne couverture. « Conformément aux directives du PDG Stéphane Richard, nous visons les 7 milliards d'euros de chiffre d'affaires à l'horizon 2015 sur la zone Afrique, Moyen-Orient et Asie. Avec un taux de pénétration de la téléphonie mobile inférieur à 20% et une démographie croissante, la RDC, est un marché porteur », a déclaré Marc Rennard.

Mais le déploiement de CCT ne correspondant pas aux standards internationaux pratiqués par France Télécom Orange, la mise à niveau en cours s'est avérée nécessaire. « Nous sommes en train de transformer une entreprise. Nous investissons massivement dans la formation de notre personnel, dans l'amélioration de la qualité du réseau afin de développer une offre performante de produits et de services », a rassuré le directeur général de CCT Jean-Léon Bonnechère, indiquant que la satisfaction du client est une priorité de la nouvelle direction de CCT.

« Nous sommes une compagnie de proximité à l'écoute de nos clients et ce qui compte pour nous c'est le bénéfice que retirent nos usagers de notre technologie », a souligné Marc Rennard. Orange, à travers sa filiale CCT, fait déjà preuve d'audace et d'innovation en offrant des produits marqués du sceau de la simplicité et de la transparence. CCT propose entre autres la tarification à la seconde, une offre économique pour les élèves et étudiants (Staff+) et des offres datas rechargeables avec le modem CCT.

Au-delà des services innovateurs, Orange se positionnera comme acteur majeur du développement à travers des actions sociales et caritatives, en commençant par l'amélioration des conditions de travail des employés de la société, constitués en majorité de Congolais. « CCT était autrefois opérée par les Chinois avec un management exclusivement chinois. Aussitôt que nous avons eu cette entreprise, nous avons immédiatement défini le projet et engagé les transformations. Nous avons un souci fort de rendre très rapidement la plupart de responsabilités opérationnelles à du personnel et cadres locaux. De telle sorte que l'entreprise soit imprégnée en la demande sur le marché. Pour devenir l'opérateur préféré des populations que nous servons, nous veillons tout particulièrement au développement économique et social des territoires, condition essentielle de la pérennité de notre activité », a dit Marc Rennard.

Sur les 30 pays que représente le groupe Orange, la RDC est le premier des pays francophones le plus important de part l'importance de sa population. « Pour des raisons administratives ou logistiques, nous avons découpé les régions en cinq. A savoir, le Katanga, les deux Kivu, la province orientale, où aujourd'hui on est en position de leader, et les deux Kasaï. On est fortement leader à Mbuji-Mayi.

On a également fait une grande région en découpage actuel, bien qu'il aille évoluer au fil du temps. Il s'agit de la province de Kinshasa avec le Bas-Congo, y compris l'Equateur », a expliqué Jean-Léon Bonnechère. « On va progressivement vers Orange mais, l'entité, le personnel, l'équipe et la société juridique de CCT demeurent les mêmes. CCT n'est pas une marque mais, le nom d'un réseau et en ce moment-là, ce nom changera et la société s'appellera définitivement Orange-RDC », ont expliqué tour à tour MM. Marc Rennard et Jean-Léon Bonnechère.