Congo-Kinshasa: Une firme hollandaise dénonce l'attribution illégale de l'exploitation 3G aux entreprises congolaises

Actualités Télécom

Netherland British Compagny (NBC), société de droit congolais accuse l'Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPTC) d'avoir illégalement attribué sa fréquence d'exploitation Internet de la technologie 3G aux entreprises de téléphonie mobile opérant en République démocratique du Congo (RDC), citant notamment Vodacom, Oasis [ Tigo], Airtel et Africel.

L'avocat de NBC, Serge Lukanga, a indiqué que son entreprise qui émet et distribue des signaux visuels, par réseaux hertziens de télédistribution, a obtenu depuis 2004 une autorisation d'exploitation du ministère des Postes, Téléphones et Télécommunications (PTT) pour une durée de dix ans.

NBC demande, par ailleurs, au tribunal de commerce de suspendre l'usage de cette fréquence par ces sociétés, en attendant que les responsabilités soient établies et qu'elle soit remise dans ses droits.

La troisième génération (3G) désigne une génération de normes de téléphonie mobile, représentée principalement par les normes Universal Mobile Telecommunications System (UMTS) et CDMA2000, permettant des débits bien plus rapides (de 2 à 42 Mb/s prévus à maturité du réseau) qu'avec la génération précédente, par exemple le GSM, selon le dictionnaire wikipedia.

L'entreprise Vodacom Congo a annoncé au mois d'août dernier l'utilisation de la 3e génération. Les premières applications grand public de la 3G sont l'accès à Internet, le visionnage de vidéos, voire d'émissions de télévision et la visiophonie.