Vers la mise en place d'une plate-forme électronique de création d'entreprises au Sénégal

Actualités informatiques

Le secrétaire général du gouvernement, Seydou Guèye, président du Comité de suivi des réformes, a informé mardi de la mise en place, dès le 1er semestre de 2013, d'une plate-forme électronique permettant la création d'entreprises en ligne au Sénégal.

"Il ne s'agit ni plus ni moins que d'un guichet unique électronique, après le guichet unique physique permettant de faire passer le délai de création d'entreprises au Sénégal de 48 heures à 24 heures", a indiqué M. Guèye, à l'ouverture d'un Conseil interministériel sur l'environnement des affaires.

Cette rencontre, élargie au secteur privé et aux partenaires au développement, se tient en prélude à l'organisation de la 11ème session du Conseil présidentiel sur l'investissement (CPI), qui se tiendra sous la présidence du chef de l'Etat, Macky Sall.

En matière de création d'entreprise, a expliqué le secrétaire général du gouvernement,

"le guichet unique certifié ISO, logé au sein de l'APIX, qui constitue l'une de nos plus grandes réussites en matière de réforme, a fait passer le délai moyen pour créer son entreprise de 58 jours à 48 heures".

Le Sénégal, a dit Seydou Guèye, est l'un des rares pays non membre de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), à avoir réussit cette expérience. Ainsi, créer une entreprise au Sénégal est devenu aussi facile qu'au Canada, a-t-il indiqué.

Mais il sera possible de faire mieux avec le projet du nouveau Code des impôts, en instance d'adoption à l'Assemblée Nationale, et qui a institué un droit fixe de 25.000 FCFA seulement pour la création de toute société dont le capital est inférieur à 100.000 CFA.

Selon le président du comité de suivi des réformes, le Sénégal n'a pas pu consolider ses performances de 2009, année pendant laquelle il était considéré comme l'un des meilleurs réformateurs dans le monde et le premier en Afrique.

Il a expliqué que les raisons sont liées à un contexte peu favorable, marqué par de nombreuses incertitudes.

Pour maintenir sa place de leader en matière de création d'entreprise et s'aligner dans les meilleurs standards dans ce domaine, a-t-il indiqué, les priorités fortes du gouvernement consistent à déclencher un cercle vertueux qui renforcera la confiance des investisseurs.

"Aujourd'hui, l'investisseur, quelle que soit sa nationalité, passe beaucoup moins de temps pour créer son entreprise, faire son commerce, disposer de son permis de construire et son titre de propriété foncière".

Selon lui, l'investisseur peut être accompagné pour accéder au foncier, au financement, et disposer de ressources humaines compétentes et travailleuses.

En outre, les contentieux économiques et commerciaux peuvent être résolus plus rapidement, grâce à la mise en place de chambres spécialisées, a-t-il conclu.