Niger: Du rififi autour de l’installation de la fibre optique

L'éditorial du mois

Depuis quelques mois, il semble que les acteurs du secteur des télécoms du Niger s’affranchissent de plus en plus des mesures réglementaires mises en place pour encadrer le secteur. Selon plusieurs journaux nationaux, « les opérateurs de téléphonie mobile n’en font plus qu’à leur tête.»

Au regard de cette situation, six syndicats du secteur, réunis au sein de la Convergence syndicale du secteur des télécommunications de la Sonitel (Société nigérienne de télécommunication) et de Sahel Communications (Sahelcom) ont rendu publique une déclaration du 23 décembre 2012.

Après avoir dénoncé « le mépris, l’arrogance et la défiance des ces opérateurs à l’égard de l’autorité de l’Etat du Niger », la convergence syndicale revendique « le départ immédiat des directeurs généraux d’Airtel et d’Orange.» Ci-dessous une copie de la Déclaration rendue publique le 23 décembre dernier.

Déclaration de la Convergence Syndicale du secteur des Télécommunications de SONITEL et  SAHELCOM

Il vous souviendra que le 12 septembre 2012 et le 20 novembre 2012, son excellence Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU NIGER, CHEF DE L’ETAT lançait respectivement la pose de la Fibre Optique sur les tronçons DOSSO-BIRNIN’KONNI ; BIRNIN’KONNI-TAHOUA ; BIRNIN’KONNI –Zinder  et MARADI – FRONTIERE NIGERIA.

Nonobstant toutes ces décisions et les engagements de l’état du Niger, AIRTEL NIGER et ORANGE  NIGER persistent  à poser leurs propres réseaux Fibre Optique en violation du décret pris en conseil des ministres du 06 Décembre 2012 qui stipule que : « Le partage des infrastructures a pour objet, entre autres, d'éviter la duplication des infrastructures, de favoriser les objectifs de la concurrence par les services et de réaliser les installations des infrastructures de télécommunications dans les conditions les moins dommageables pour les propriétaires privées et le domaine public. C'est pourquoi, aux termes du décret, il est fait obligation aux opérateurs, lorsqu'ils envisagent d'établir leurs réseaux ou services de télécommunications ouverts au public, de privilégier toute solution de partage des infrastructures existantes et de veiller à ce que les conditions d'établissement de celles-ci rendent possible, l'accueil ultérieur des infrastructures des autres opérateurs ».

Dans ce contexte, avoir plusieurs réseaux  dupliqués en fibre optique dans un Niger où l’Etat a déjà construit l’infrastructure, ne parait pas judicieux et efficient  d’un point de vue déontologique et eu égard même au cadre juridique et réglementaire.

Sinon comment comprendre Que :

    1 AIRTEL Niger  se permet à la veille du lancement des travaux de pose de la Fibre Optique à DOSSO par son excellence Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU  président de la république, creusait parallèlement le tronçon DOSSO –KONNI;
    Aujourd'hui encore 23 décembre 2012, fidéle à son comportement de défiance des autorités de la république du Niger, l'Airtel Niger recidive à Konni sur le site où SEM. Issoufou Mahamadou, Président de la République lançait solennellement les travaux de pose de la fibre optique N'Birni Konni-Zinder, N'Birni Konni-Tahoua et Maradi-Frontière du Nigéria.
    Quant à Orange Niger malgré l'existence du décret pris en coinseil des ministres du 06 décembre 2012 interdisant la dup^lucation des infrastructures de télécommunications et faisant obligation aux opérateurs les solutions de partage des infrastructures existantes à l'image de celle de Sonitel déjà existantes dans la communauté unbaine de niamey depuis 2007, Orange se premet de creuser nuitamment et le week end dupliquant ainsi sa fibre Optique à celle de Sonitel. Nous assistons manifestement à une violation du décret ci-dessus énuméreé.

Ces actes sciemment posés par les responsables d’AIRTEL ET ORANGE installés au Niger démontrent le mépris, l’arrogance et la défiance des ces operateurs à l’égard de l’autorité de l’état du NIGER.

C’est pourquoi, la Convergence Syndicale du secteur des Télécommunications de SONITEL et SAHELCOM juge grave les actes posés par AIRTEL et ORANGE qui se croient tout permis au NIGER , aussi dénonce le silence complice et la démission  totale et l’incompétence notoire de l’autorité de régulation multisectorielle (ARM).

Aussi, la convergence interpelle les autorités de la 7è république à se ressaisir immédiatement  pour que les décisions de l’état  soient respectées.

La convergence usera de tous les moyens légaux pour arrêter l’anarchie et le désordre qui règne aujourd’hui  dans le secteur des télécommunications au NIGER.

Enfin, la convergence soucieuse du respect des lois et règlements de la république exige le départ immédiat des Directeurs Généraux d’AIRTEL et d’ORANGE pour avoir défier la république.

Faute de quoi, le gouvernement reste et demeure le seul responsable la situation qui adviendrait