Guinée équatoriale: les déboires de France Telecom Orange

Actualités Télécom

D’après une enquête du journal français L’Express, c’est une sordide histoire de viol sur mineure, commis par un employé d’Orange en Guinée équatoriale qui a placé les projecteurs sur les difficultés que rencontre France Telecom Orange dans ce petit pays d’Afrique centrale.

La compagnie française de téléphonie qui détient 40% des actions de Getesa, l’opérateur mobile local, souhaite depuis longtemps de se désengager dans le pays « sans trop de dégâts ».

Mais, beaucoup de mal a déjà été fait si l’on en croit le rapport d’audit produit par le cabinet Deloitte en juin 2009. Il révèle « des prestations fictives ou surfacturées, des investissements portés disparus, une incohérence du suivi des dépenses engagées, un contrôle défaillant » qui aura causé un important manque à gagner à l’entreprise. À cela s’ajouterait le vol par le fils d'un ex-ministre, de stocks de cartes de recharge téléphonique et l'impunité dont jouissent les proches du président de la République.

Selon un document interne de France Telecom Orange, c'est contre son gré que le groupe demeure engagé en Guinée équatoriale.