Algérie Télécom n'a pas atteint ses objectifs pour 2012

Actualités Télécom

Dans une lettre adressée à l'ensemble des travailleurs du groupe, à l'occasion du Nouvel An 2013, le président-directeur général du groupe Algérie Télécom a fait savoir que les objectifs fixés par son groupe «n'ont pas été atteints», même si une «légère» croissance a été enregistrée.

M. Azouaou Mehmel qui a saisi l'occasion de dresser un bilan de l'exercice écoulé, a également indiqué que l'an 2012 a été «moyen». «Les objectifs fixés n'ont «malheureusement» pas été atteints, malgré une légère croissance enregistrée», a-t-il noté. La même source a souligné, à ce propos, que cette situation rend encore la tâche «plus ardue» pour les exercices à venir, puisqu'il faudra «nécessairement» rattraper le «retard accumulé». «Le groupe active dans un domaine à forte croissance et à forte évolution et, par conséquent, il doit s'inscrire dans un processus d'investissement permanent, tant dans les infrastructures que dans les ressources humaines», signale le premier responsable d'AT. Allant plus loin dans sa critique, M. Mehmel n'a pas manqué de relever que les images que donne l'entreprise pour ses employés et actionnaires, comme pour ses clients et fournisseurs, «ne reflètent nullement ce qu'elle devrait être». «Tel que nous voyons les choses, l'entreprise reste fortement bureaucratique et n'arrive pas à concrétiser dans les délais les projets de mise à niveau de son outil de production», a-t-il estimé, citant l'exemple des récents incendies d'Alger et Ouargla qui témoignent de «l'impossibilité d'assurer la continuité du service en cas de sinistre».

«Cet état de fait rend plus ardue la satisfaction des clients sur le plan quantitatif et qualitatif à un moment où nos abonnés continuent à être traités comme de simples usagers», a-t-il regretté. Il a ajouté, dans le même sens, que les clients, les fournisseurs et les partenaires ainsi que l'environnement en général «perçoivent AT comme une entreprise archaïque, bien loin d'être au diapason des évolutions technologiques». «Cette situation engendre un grand mécontentement des clients sans oublier celui des pouvoirs publics dont la volonté et l'engagement pour le développement des TIC dans la société, n'ont pas manqué d'être réitérés lors du dernier Conseil des ministres», a-t-il rappelé. M. Mehmel a fait remarquer que cet état de fait «interpelle» tous les gens du secteur pour remédier à cette situation.

«Il est vrai que la tâche est lourde et le défi est immense, mais je reste profondément convaincu que la réussite est à notre portée pour peu que nous nous remettions en cause en nous mettant toujours du côté du client (...) pour mieux le servir», a encore soutenu le P-dg d'Algérie Télécom. Il s'est engagé, à cet égard, à initier «toutes les actions» et à mobiliser «tous les moyens susceptibles de permettre à tout le monde d'accomplir sa mission dans les meilleures conditions possibles».