Sénégal: Une entreprise mise sur l'enseignement virtuel pour pallier le défaut d'infrastructures

Actualités informatiques

SAP, une structure évoluant dans la vente de logiciels pour la gestion des entreprises, est disposée à offrir ses services au Sénégal en proposant notamment un enseignement virtuel pour pallier le défaut d'infrastructures universitaires, a déclaré mercredi à Dakar son président directeur général, Pfungwa Serima.

"Il y a un certain nombre d'enjeux au niveau de la jeunesse estudiantine au Sénégal. Le rythme auquel croit le nombre de bacheliers orientés dans le système universitaire est tel qu'il est difficile de l'aligner avec le rythme auquel croissent les infrastructures devant les accueillir", a expliqué M. Serima au cours d'un point de presse.

Le président directeur général de SAP séjourne au Sénégal dans le cadre d'une visite de prospection et de travail avec les autorités sénégalaises, notamment le ministère de la Recherche et de l'Enseignement supérieur. Lors de la rencontre avec les journalistes, il a fait état du positionnement du Sénégal en matière de technologie de l'information et de la communication (TIC) ainsi que du "potentiel" et des "opportunités offertes aux futures diplômés en TIC, un secteur en forte croissance".

" Nous proposons une vocation naturelle d'accès à créer d'autres modes d'enseignement, notamment l'enseignement virtuel pour pallier le manque d'infrastructures (...) nous allons voir dans quelle mesure nous pourrons équiper la jeunesse au Sénégal", a-t-il assuré.

"Notre but est d'améliorer l'employabilité de la jeunesse sénégalaise au sortir des institutions universitaires. Nous avons des programmes qui accompagnent les jeunes quant à leur insertion dans le marché du travail", a encore dit Pfungwa Serima.

Selon un document qu'il a transmis à la presse, le Sénégal dispose de bonnes aptitudes en TIC avec environ 90 000 diplômés issus d'établissements d'enseignement supérieur. "SAP reconnaît le potentiel que cette future main-d'oeuvre pourrait représenter non seulement pour le Sénégal, mais aussi pour toute la région où la demande de compétences en matière de TIC est en constante progression", a souligné M. Serima.

Il a par ailleurs signalé que son organisation s'est engagée à apporter son soutien pour le renforcement de capacités au bénéfice des entreprises sénégalaises. "Au-delà de la mise en oeuvre de ces actions de renforcement, nous allons offrir des services de maintenance et de suivi pour les entreprises locales", a-t-il promis.