Cameroun: Agribis reçoit l'onction du MINADER

Actualités informatiques

Le système d'information des marchés dénommé Agribis mis au point par l'ONG AGROCOM (Agriculture-Agro industrie-Communication) basée à Douala, la capitale économique, et disponible sur Internet et par téléphone mobile à moindre coût depuis trois (03) ans, vient de recevoir l'onction du Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural (MINADER).

C'était au cours d'un séminaire-atelier de deux jours tenu à l'Hôtel Sawa de Douala, sous la présidence du Ministre de l'Agriculture et du Développement Rural à l'intention des agro dealers sur le thème « Système d'information des marchés (SIM) et Marketing dans le sous-secteur engrais », organisé par le Programme de réforme du Sous-secteur Engrais (PRSSE) du MINADER en partenariat avec AGROCOM.

Il s'est agi d'informer et de renforcer les capacités des agro dealers pour la professionnalisation du marché dans le sous-secteur engrais.

Depuis trois (03) ans Agribis permet aux producteurs agricoles et depuis peu à ceux de la pêche et de l'élevage d'interagir en temps réel et de disposer d'informations crédibles leur permettant de prendre des décisions devant booster leurs activités.

Pendant ces deux jours de travaux, les acteurs du secteur engrais ont ainsi été mieux outillés sur la volatilité des prix, la faible accessibilité et l'imprévisibilité des stocks des intrants ainsi que sur l'insuffisance d'informations sur les marchés agricoles. Des difficultés qu'Agribis permet aux producteurs de surmonter sans fournir de gros efforts.

Les engrais constituant un véritable levier de la production, le Ministre de l'Agriculture Lazare Essimi Menyé a relevé que « l'agriculture de seconde génération prônée par le Chef de l'Etat ne peut pas avancer sans la maîtrise de l'utilisation des engrais. Il s'agit donc d'abord de disponibilité. On importe les engrais et il faut que le marché puisse avoir certaines variétés, certaines formules d'engrais en permanence ».

Le Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Douala, le Docteur Fritz Ntonè Ntonè, dans son mot de bienvenue à l'ouverture des travaux, s'est réjoui de ce que la ville dont il a la charge ait été choisie pour abriter ces travaux. Pour lui, Douala est la « principale ville d'entrée et de sortie des intrants agricoles et qui abrite la quasi-totalité des importateurs de ces intrants ».

Les travaux ont porté sur six modules dont le premier sur le Marché des engrais avait été dirigé par Madame Léa Fonkou et M. Apollinaire YOMBO du PRSSE, le second sur le système d'information des marchés (SIM) par M. Georges Ebelle Kelle, le secrétaire exécutif d'AGROCOM et les trois derniers étaient centrés sur les itinéraires technico-économiques de fertilisation des cultures, le marketing des intrants agricoles, la gestion des stocks et sur la loi régissant le sous-secteur des engrais au Cameroun respectivement dirigés par les Docteurs Fidèle Nkodo, Tchuassi et Douanla et de M. Thomas Nuza Sixtu.

Le SIM d'Agribis qui a suscité l'intérêt des participants venus des universités, ministères techniques et diverses institutions est consultable sur Internet grâce au lien www.agribis.biz. Il est aussi accessible aux données commerciales par téléphone portable grâce aux SMS (short message system) des deux principaux opérateurs de téléphonie mobile du pays.

Agribis propose notamment un partenariat avec les professionnels, des relevés mensuels, des méthodologies de collecte, un choix de la gamme de produits, la disponibilité des intrants et le contrôle du réseau des distributeurs des intrants par les importateurs. Pour cela, Agribis a pris en compte les produits agricoles qui font l'objet d'observation dans les marchés et a établi un tableau de types d'intrants à privilégier selon les catégories de produits et les zones agro-écologiques.

C'est un outil de recherche et de communication au fonctionnement actuel simple et susceptible d'évolution au fil du temps et dont les producteurs agricoles, les distributeurs et les importateurs des intrants devraient s'approprier car il s'avère une plateforme nécessaire à la maîtrise du secteur engrais du Cameroun susceptible de booster la production agricole et de garantir la sécurité alimentaire.

Au terme des travaux, les participants ont souhaité capitaliser les informations reçues, invité les responsables du MINADER5 et du Gouvernement à rentabiliser le partenariat avec AGROCOM auprès des producteurs agricoles du pays et enfin invité les producteurs agricoles eux-mêmes à s'intéresser davantage au SIM dans le but de développer leurs différentes structures.