Le Congo Brazza prépare des technopoles pour attirer les grandes entreprises et les start-up locales

Actualités informatiques

Pour attirer davantage les investisseurs étrangers dans le secteur des TIC et des télécoms, le Congo Brazza promet pour les années à venir un cadre plus incitatif, les technopoles. « Déjà, nous avons un code d’investissement très incitatif et des conventions d’établissement qui permettent, avec l’aide du ministère des Finances, d’obtenir des conditions extrêmement favorables pour les entreprises qui s’implantent », confie à l’agence Ecofin, Thierry Moungalla, le ministre des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles technologies de l'information et de la communication de passage à Genève.

Le ministre affirme que le projet qui lui tient à cœur en ce moment et sur lequel il travaille est la mise en place des technopoles et d’incubateurs d’entreprises. « C’est un projet que nous mettons en place avec l’appui de la Banque mondiale à travers l’unité de gestion qu’est le projet sous-régional CAB. Nous y tenons pour deux choses :

Premier aspect, j’ai évoqué à Genève la nécessité d’avoir des contenus locaux. Pour avoir des contenus locaux, il faut qu’il y ait des jeunes locaux qui font des recherches et qui trouvent. Des jeunes qui ne font pas seulement une importation et une adaptation des produits fabriqués ou conçus ailleurs.

Le deuxième aspect est un aspect d’écosystème. Mettre en place des technopoles, c’est permettre l’arrivée des plus grandes entreprises étrangères qui doivent accompagner le développement des TIC dans notre pays et aider les entreprises naissantes dans ce domaine », explique-t-il.

Le premier incubateur est annoncé à Brazzaville pour le mois de novembre 2013. Il permettra d’héberger les projets d’entreprise dans le domaine de l’économie numérique. Il est prévu qu’il génère à la longue 400 à 500 emplois par an.