Vivendi engage les discussions avec Etisalat sur une base inférieure à la valeur boursière de Maroc Telecom

Actualités Télécom

Le groupe français Vivendi a confirmé mardi 23 juillet 2013 être entré en négociations exclusives avec le leader émirati des télécommunications Etisalat pour lui céder sa participation de 53% dans Maroc Telecom, principal opérateur de télécommunication du royaume marocain.

Vivendi dans le communiqué annonçant cette ouverture des discussions a indiqué que le produit qu’elle tirerait de cette cession serait 4,2 milliards d'euros en cash, dont 310 millions d'euros au titre du dividende 2012, une valeur qui est légèrement en dessous de la valorisation boursière des parts de Vivendi (4,5 milliards d'euros) dans Maroc Telecom.

Sur des forums de discussions financières marocains, il a été évoqué avec regret le fait que Vivendi veuille céder sa participation à un prix unitaire de l’action IAM (Maroc Telecom) inférieur à son cours de référence actuel sur la Bourse de Casablanca (92,6 dirhams, contre 99,55 dirhams).

En France, par contre, on se veut plus souple dans l’analyse. « Malgré la déception sur le prix, l'opération est une bonne nouvelle pour le groupe, permettant d'amorcer son recentrage et la réduction de sa dette », ont expliqué les analystes de CM-CIC Securities dans une note de recherche, à propos de Maroc Telecom et selon des propos cités par le quotidien français  Les Echos.

La décision du groupe français de vendre ses parts dans Maroc Telecom reste controversée dans les milieux de la finance. Elle rentre dans un vaste processus cession d’actifs qui a valu à Vivendi le départ de son ancien PDG Jean Bernard Levy qui militait pour « une consolidation du groupe plutôt que son démantèlement ».

Dans le même temps on peut remarquer que, même si Maroc Telecom a perdu 14,91% sur la valeur de son titre depuis le début de l’année 2013, il reste sur des perspectives jugées intéressantes et, surtout, sur les dix dernières années il a démontré une certaine constance dans la génération des dividendes avec une moyenne de 8,32 dirhams marocains rapportés sur les dix dernières années.

L’opérateur Maroc Telecom n’a pas fait de commentaires sur ce début de négociations, il a juste publié un communiqué indiquant qu’elle en prenait acte. Toutefois Etisalat devra aussi entreprendre des discussions avec les autorités du Maroc, deuxième actionnaire de Maroc Telecom avec une participation de 30% et qui, selon des informations non démenties à ce jour, ont souhaité que l’investisseur émirati soit accompagné d’un associé local pour donner son aval à l'opération.

Présent dans le fixe, le mobile et internet, Maroc Telecom, première entreprise de la Bourse de Casablanca en termes de capitalisation boursière, dont Vivendi est actionnaire depuis 2001, est un des acteurs majeurs des télécoms sur le continent africain avec des filiales au Burkina Faso, au Gabon, au Mali et en Mauritanie.