Safaricom ouvre le débat sur les tarifs de roaming en Afrique

L'éditorial du mois

L’opérateur kenyan de téléphonie mobile Safaricom a appelé les gouvernements des Etats d’Afrique de l’Est à réduire les coûts des appels passés vers les pays voisins. D’après Bob Collymore, le président directeur général de la société, il n’est pas avantageux pour les affaires régionales que le prix d’un appel vers l’Ouganda coûte plus cher que celui vers les Etats-Unis.

D’après John Tombleson, le directeur des Finances de Safaricom, l'opérateur mobile ne bénéficie pas de ces tarifs d'appel élevés. « Nous ne faisons pas de bénéfices avec ces appels. Nos tarifs sont parmi les plus bas au monde et nous avons besoin que d'autres opérateurs, dans la région, baissent aussi les leurs. Les gouvernements devraient établir des politiques de soutien pour que cela se produise ».

Comme pour expliquer la perduration des tarifs élevés des appels transfrontaliers, Fred Matiang, le secrétaire de cabinet du ministère des TIC, a déclaré que le problème, s’il y en a un, devrait trouver une solution axée sur le marché et non politique ou encore réglementaire. Car « si nous imposons une taxe, elle peut affecter le marché en le rendant imprévisible pour les investisseurs. ». Mais, tous les cas de structures de prix « irréalistes et exorbitant » seront étudiés.