Congo-Kinshasa: Africell dénonce les pratiques illégales de ses concurrents

Actualités Télécom

Des opérateurs de téléphonie cellulaire en République démocratique du Congo ne respectent pas la législation en la matière. Ce qui n'enchante pas bon nombre de personnes. Le dernier à hausser le ton est l'équipe dirigeante de la compagnie Africell.

Au cours d'un point de presse tenue à Kinshasa, l'Administrateur délégué d'Africell, Mbayo Lufunga Pelesa, a fustigé ce qu'il qualifie de « pratiques illégales » qui caractériseraient certains opérateurs de téléphonie mobile en RDC.

Au nombre de ces pratiques, l'Administrateur délégué d'Africell a dénoncé le refus injustifié de l'interconnexion entre Africell et tous les autres réseaux de téléphonie cellulaire opérant en RDC.

Ce, contrairement à la loi régissant les télécoms en République démocratique du Congo. Face à ce comportement jugé inacceptable, Mbayo Lufunga Pelesa exige purement et simplement des sanctions conformément à la loi, en l'endroit de ces « intouchables ».

« Les autres opérateurs essaient toujours d'empêcher que les consommateurs congolais jouissent de la concurrence. Ils essaient de garder leurs pratiques illégales de tarification planchée.

Ils veulent faire en RDC ce qui est illégale alors que dans leurs pays ces pratiques leur ont déjà coûtées des amendes colossales pour collusion, maintien illégal et artificiel des tarifs élevés », s'est-il indigné. Selon lui, il ne s'agit là que d'un nouveau colonialisme. L'Administrateur délégué d'Africell a appelé à la rigueur de la loi.

Mbayo Lufunga est d'avis que tous les autres opérateurs de téléphonie cellulaire refusent de libéraliser les prix par mauvaise foi. Défient l'Etat, a-t-il fait observer, ces opérateurs font des bénéfices au-delà du seuil prévu par la loi.

« Ils estiment que si on libéralise les prix, l'Etat va perdre les recettes fiscaux, alors que notre pénétration du mobile est la plus basse ici en RDC par rapport à toute l'Afrique.

Ce, à cause de ce maintien des prix artificiels qui empêchent le secteur de grandir. Ils pénalisent les consommateurs, et pénalisent surtout les recettes de l'Etat », a observé l'Administrateur délégué d'Africell.

Les performances réalisées par Africell en un temps record ont été vantées par l'équipe dirigeante. « Africell n'est pas une société caritative, c'est une société qui doit faire du profit », a avancé l'administrateur délégué. Et d'après les chiffres fournis, Africell est en route pour être profitable avant mi-2014.

Ce qui, aux yeux des dirigeants d'Africell, est très rapide pour une société de télécoms qui prendrait une moyenne de trois ans d'opération. « Si Africell est profitable, que dire de ces grands opérateurs avec leurs tarifs élevés ? », s'est interrogé l'Administrateur délégué.

Par la même occasion, Mbayo Lufunga Pelesa a annoncé qu'avant la fin de l'année, Africell sera à pied d'œuvre dans la province cuprifère du Katanga.

Et quelque temps après, a-t-il ajouté, le réseau pourra couvrir les provinces du Kasaï et celle de l'Equateur.