Sénégal: TIC - Le «cloud computing», un service informatique via Internet

Actualités informatiques

International data corporation (Idc), un fournisseur d'informations commerciales, de services consultatifs et événements, a organisé, jeudi dernier, une conférence sur le « cloud computing » (littéralement « informatique dans les nuages »). Il s'agit de l'utilisation de serveurs distants, en général accessibles par internet, servant à traiter ou à stocker l'information.

Ceci est une manière de fournir et d'utiliser les aptitudes des systèmes informatiques : un parc de machines, d'équipement de réseau et de logiciels maintenu par un fournisseur, que les consommateurs peuvent utiliser en libre-service via l'internet.

Ouafa Kathir, la directrice régionale Afrique du Nord et Afrique francophone a d'abord révélé que 80 % des Sénégalais enquêtés disent ne pas connaître le « cloud computer ».

Pour elle, le « cloud » privé permet d'avoir de la souveraineté dans le réseau. « Au Maroc, la loi 08-09 protège les données à caractère personnel. Au Sénégal, il y a des lois qui protègent les données professionnelles, mais elles ne suivent pas l'évolution des Tic », a comparé O. Kathir.

« Le "cloud" est le moyen le plus efficace pour renouveler vos équipements. Il est une tendance quasi irréversible », soutient Diarétou Madina Gaye Dieng, directrice de la Stratégie et du Développement à Orange business services (Sonatel).

La présentatrice prévient que les risques du « cloud » sont la perte de contrôle des données. Donc, « bien choisir son partenaire, c'est prendre en compte les risques.

Il faut être vigilant par rapport à vos données qui sont extrêmement sensibles. Assurez-vous de vos partenaires "cloud", car lorsque vous voulez sortir, ce n'est plus possible. Nous travaillons pour que les données liées à la santé, à la sécurité, très sensibles, soient bien protégées », a indiqué Mme Dieng.