Afrique de l'Ouest: Vers la télévision numérique terrestre

Actualités de la convergence

Le ministère de la Communication a, à la faveur de la 9e édition des Universités africaines de la communication de Ouagadougou (UACO), organisé un petit-déjeuner de travail sur la Télévision numérique de terre (TNT). La séance était présidée par le ministre du Développement de l'économie numérique et des postes, Jean Koulidiaty, qui s'est fait représenter.

Des acteurs de la TNT et des ministres de l'espace UEMOA ont pris part aux échanges. De ces échanges, il est essentiellement ressorti les difficultés financières auxquelles font face les pays pour faire cette transition qui, selon le ministre de la Communication, Alain Edouard Traoré, nécessite 30 à 50 milliards de F CFA.

17 juin 2015, c'est l'échéance butoir, pour la bande UHF et le 17 juin 2020, pour la bande VHF, pour la transition de la radiodiffusion analogique à la radiodiffusion numérique de terre. Le Burkina Faso est engagé dans ce processus et s'avère, selon l'expert en technologie de l'information et de la communication de la Commission de l'UEMOA, Abossé Akué-Kpakpo, l'élève modèle.

Le pays se heurte cependant, tout comme les sept autres pays de l'espace UEMOA, à des difficultés majeures notamment financières. Pour être au rendez-vous de 2015 donc, la commission de l'UEMOA devra venir en aide aux Etats financièrement, la transition étant un passage obligé. C'est l'essentiel de ce qui est ressorti des échanges, le jeudi 21 novembre dernier, lors du petit-déjeuner de travail tenu dans le cadre de la 9e édition des UACO.

A cette rencontre d'échanges, Abossé Akué-Kpakpo a présenté aux participants, le synoptique du processus de cette transition vers le numérique dans les pays de l'espace. Pour lui, la transition requiert l'implication de tous les acteurs, de l'ensemble des populations et de toutes les télévisions dans les délais requis.

Pour ce faire, un certain nombre de dispositions devraient être prises dont, entre autres, la mise en place d'un comité national de transition, l'élaboration d'une stratégie nationale de transition. Le processus est en cours au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d'Ivoire, au Mali, au Niger, au Sénégal et au Togo.

En Guinée-Bissau, le comité a déjà été mis en place mais n'est pas fonctionnel, selon l'expert. En termes de perspectives, Abossé Akué-Kpakpo, a noté l'organisation d'ateliers de sensibilisation et d'information. Il a aussi souligné qu'il faudra lever les entraves constatées lors des ateliers, dans les sept pays de l'UEMOA et accélérer le rythme des activités pour relever le défi de la transition d'ici à 2015.

Le directeur de la prospective à la Radiotélévision du Burkina (RTB), Philippe Kahoun, a, quant à lui, fait une revue de l'état d'exécution du processus de la TNT au Burkina Faso. Concernant les aspects organisationnels, il a déclaré que le pays a déjà créé un comité de pilotage et une commission technique nationale, élaboré une stratégie nationale de migration et une feuille de route qui, à ce jour, a permis la réalisation de plusieurs autres aspects.

La contrainte majeure reste cependant la mobilisation des fonds nécessaires au déploiement de la TNT dans un espace de temps réduit. Sa mise en œuvre a, selon M. Kahoun, un coût global énorme pour les budgets des Etats africains qui ont plusieurs priorités à la fois.

En termes de perspectives, il a noté une réorganisation du secteur de l'audiovisuel pour une meilleure adaptabilité à la nouvelle vision de télévision en termes d'organisation administrative et en terme de stratégie de production de contenu. Il a aussi relevé une prospection de mécanismes de financement du projet TNT dans l'espace UEMOA/CEDEAO/UA.