La blogosphère algérienne se prépare à l'élection présidentielle

Actualités Internet

Alors que s'approche à grands pas la date de l'élection présidentielle en Algérie, la blogosphère fait montre d'une grande activité.

Partisans et adversaires d'un quatrième mandat du Président Abdelaziz Bouteflika font entendre leur voix sur l'Internet.

Sur son blog, le journaliste Abed Charef regrette le fait que le pays se prépare à "élire à la présidence de la République un homme à la santé plus que précaire, qui ne peut ni se déplacer ni faire sa propre campagne, un Président qui a déjà accompli trois mandats mais qui peut à peine s'exprimer". Il impute cette situation aux institutions dont il estime qu'elles ne font pas correctement leur travail.

Traçant un parallèle avec la Tunisie voisine, il réfléchit à ce qu'il considère être le "décalage" qui sépare les deux pays.

"La Tunisie, naguère figée dans un régime policier sclérosé, a pris une longueur d'avance en réussissant une accélération démocratique remarquable", écrit-il.

"A l'inverse, l'Algérie, très en avance il y a deux décennies, avec une culture politique égalitaire et un penchant marqué pour la révolte et la contestation, a subi une régression continue pour déboucher en 2014 sur une situation que personne n'envisageait il y a trente ans."

Mehdi Bsikri, membre du mouvement contestataire Barakat, souligne sur DZ Youth Voice que "la revendication pour un changement radical et pacifique trouve un écho dans toute l'Algérie et au-delà".

"Ce que craint le système, c'est la synergie entre les différents cercles groupes, mouvements, organisations etc., qui contestent et qui veulent la fin de ce pouvoir", affirme-t-il.

Pour sa part, le blogueur du Gentil chat noir envoie un message au Président : "Tu es, paraît-il, seul souverain, seul maître à bord de ce navire chancelant. Sur les frontons aux couleurs délavées, il est inscrit que tout est par et pour toi, mais on a beau tendre l'oreille, l'on entend de toi qu'un faible soupir."

Un autre internaute explique sur son blog "Abdnormal" les raisons pour lesquelles il ne souhaite pas se rendre aux urnes le 17 avril : "Je boycotte parce que le pouvoir lui-même reconnaît la fraude, je boycotte parce que les représentants du Président (croyez-le ou pas) insultent le peuple, je boycotte parce que les ministres qu'il a nommés ont abandonné leur travail pour faire sa propagande, je boycotte parce qu'il n'y a pas l'égalité des chances et parce que le 17 avril est une journée chômée et payée et que je préfère dormir durant mes jours de congé."

En revanche, Mademoiselle Namous, explique sur Jeune vie algéroise les raisons pour lesquelles elle a l'intention d'aller voter : "Si j'écoute ceux qui disent que ça ne sert à rien parce qu'il y a de la triche, cela voudrait dire qu'il ne faut rien faire non plus, rien ne sert donc de protester dans la rue ou de crier ses convictions sur l'Internet."

Mais l'on trouve aussi des soutiens pour Bouteflika sur l'Internet. Ses partisans vantent les "incroyables réalisations" du Président algérien au cours des quinze dernières années.

"Conduite avec une rigoureuse fidélité et une détermination totale à l'instar de l'initiative de concorde civile, la mise en oeuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale", affirme l'un de ces supporters, "a permis de traiter les séquelles de la tragédie nationale."

Ils soulignent également "le retour de la paix et de la sécurité, le raffermissement de la cohésion sociale et la gestion avisée des ressources nationales".