L'État algérien rachète 51% de l’opérateur Djezzy pour de 2,6 milliards de dollars

Actualités économiques

L’État algérien a officiellement racheté 51% du capital de l’opérateur téléphonique Orascom Telecom Algérie, plus connu sous le nom commercial de  Djezzy, pour un montant  de 2,6 milliards de dollars. L’accord relatif à cette transaction a été signé le 18 avril à Paris entre le groupe russe VimpelCom, actionnaire d'Orascom Telecom Algérie via Global Telecom Holding (GTH) et le  Fonds national d'investissement (FNI).

«L'accord intervient au terme d'un processus long et complexe ayant mobilisé, depuis de nombreux mois, plusieurs cabinets conseils, notamment Shearman & Strerling LLP, qui a apporté tout son savoir-faire dans le montage juridique de l'opération et la rédaction des accords ainsi que FTI Consulting, expert financier impliqué dans la valorisation et la négociation des aspects financiers», a noté le FNI dans un communiqué. «L'accord intervenu entre le FNI et le groupe VimpelCom ouvre une ère nouvelle dans le développement de Djezzy en donnant à OTA un nouvel actionnariat solide et stable», a ajouté le Fonds.

Selon les termes de l’accord, VimpelCom, qui s'était emparé d'OTA via le rachat début 2011 de l'Egyptien Orascom Telecom, pourra également rapatrier les bénéfices tirés de l'activité d'OTA et qui étaient bloqués depuis plus de trois ans. D’autre part, les restrictions de change et d'importation mis en place par la Banque d'Algérie contre OTA depuis avril 2010 seront levées à la suite du paiement par OTA au Trésor algérien de l'amende de 99 milliards de dinars algériens (soit environ 1,3 milliard de dollars).

A l’issue de cette transaction, qui sera finalisée dans le courant de l’année, la part de VimpelCom dans le capital d'OTA  passera de 97% à 46%. Cevital, qui détient 3% de l'opérateur, s'est toutefois, engagé à lui céder ses parts pour 178 millions de dollars, ce qui portera à 49% la part de Vimpelcom.

La transaction doit mettre fin à une à longue bataille juridique entre le géant russe des télécoms et l’Etat algérien. Suite à la cession d'Orascom Telecom à VimpelCom, l'Algérie avait fait jouer un droit de préemption, considérant que le changement d'actionnaire entrait dans le cadre de la loi nationale 49/51 obligeant les investisseurs étrangers à trouver un partenaire algérien à hauteur de 51% du capital. VimpelCom avait contesté cette décision et entamé une procédure d'arbitrage international.

Djezzy est  le leader du marché algérien des télécoms. Fin 2013, l'opérateur comptait 17,6 millions de clients pour chiffre d'affaires de 1,8 milliard de dollars.