Algérie: Les TIC ont engrangé 5,6 milliards de dollars en 2013

Actualités informatiques

Le secteur des télécommunications en Algérie a engrangé en 2013 quelque 456 milliards de dinars, soit 5,6 milliards de dollars. Le chiffre a été communiqué hier par M'hamed Dabouz conseiller auprès de la ministre de la Poste lors de la journée algéro-suédoise sur le haut débit mobile.

Détaillant ce montant, le même responsable a précisé que pour les revenus des TIC, ils ont été de 30 milliards de dinars pour les équipements, 9,5 milliards de dinars pour le software et 9,5 milliards de dinars pour les services (soit un total de 600 millions de dollars), selon le rapport, relayé par l'APS.

Mais en dépit de cette évolution notable, il n'en demeure pas moins que la contribution des TIC dans le PIB reste toujours marginale avec 4%, contre 13,5% en Tunisie et 7% au Maroc pour une moyenne mondiale de 7%. Dans ce sens, le même responsable expliquera que 10% d'augmentation du taux de pénétration du haut débit implique, selon les chiffres de la Banque mondiale, 1,4% du PIB y compris dans les pays du Golfe, 1,2% de productivité et contribuent pour un tiers à la croissance.

L'amélioration de ce taux permettra aussi de booster le secteur de l'emploi et l'innovation alors que les services rendus possibles par les TIC de façon indirecte (sur les banques, assurances..) contribuent à raison de 45 milliards de dollars à l'économie. Pour ce qui concerne les investissements en cours en Algérie, les pouvoirs publics ont opté pour la mutualisation des ressources de fibre optique afin d'accélérer le déploiement, économiser dans les coûts et mieux fiabiliser les réseaux.

Par ailleurs, le rapport du ministère a relevé la nécessité d'optimiser l'utilisation des ressources de fibre optique excédentaires d'opérateurs hors secteur des télécommunications (Sonelgaz, Sonatrach, Sntf). Il faudrait aussi, affirme le ministère, accompagner les réseaux par des infrastructures d'optimisation et d'outils de gouvernance de l'Internet y compris sur le plan organisationnel comme les Data centers pour l'hébergement aux PME/PMI, aux opérateurs de services et à certaines administrations par la promotion des technologies du Cloud.

Quant aux coûts d'accès aux nouvelles technologies, il a été recommandé d'œuvrer pour qu'ils soient à la portée du plus grand nombre d'abonnés. En 2013, le coût relatif au PIB, d'entrée d'une large bande mobile est de 1,2% mensuel dans les pays développés, de 11,3% à 24,7% dans les pays en voie de développement (selon le type de service).

Enfin, à noter que la ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Zohra Derdouri, qui a prononcé une allocution durant la rencontre, a plaidé pour des partenariats gagnant-gagnant. Des partenariats qui permettent aux partenaires algériens de bénéficier du soutien technique, de formations qualifiantes et du transfert des meilleures pratiques dans les domaines de l'exploitation et du développement des nouvelles générations de réseaux haut débit.