WARCIP-Guinée présente les résultats de la revue à mi-parcours du projet.

Actualités Internet

Des responsables du programme d'Infrastructure de communication régionale en Afrique de l'Ouest (WARCIP-Guinée) étaient devant les hommes de médias guinéens ce mercredi à la maison de la presse de Guinée sis à Coléah en banlieue de Conakry. Objectif, faire la présentation des résultats de la revue à mi-parcours du projet.

Dans son discours, Cellou Diallo coordinateur national de WARCIP Guinée a dit que le principal objectif de ce projet est de fournir l'accès à une connectivité haut débit de qualité et à faible coût, permettant de stimuler l'investissement et la croissance économique du pays.

Selon lui, ce projet dont la durée d'exécution est de quatre ans a un taux de décaissement en date du 30 septembre 2013 de 85%.

« Sous l'autorité du ministère des postes et télécommunications et NTI, WARCIP Guinée est projet financé par la banque mondiale à hauteur de 34 millions de dollars US suite à l'adhésion de la Guinée au programme régional Warcip.

Les principaux résultats de la première composante de ce projet qui a pour but de relier la Guinée au câble sous-marin et qui permettra d'améliorer la connectivité nationale et internationale sont entre autres la création en mars 2011 la guinéenne de la large bande(GUILAB), l'atterrissement du câble sous-marin à Kipé le 24 janvier dernier et inauguré le 27 courant, l'augmentation du volume de trafic international/ largeur de bande par personne en kilobit par seconde et par personne est de 14,7 en 2012 à 15,7 en 2013 », a-t-il indiqué.

Poursuivant, il a fait savoir que la création de la GUILAB a permis la baisse substantielle du prix du gros mensuel moyen de liaison de capacité E1 (2 Mégabits) de Conakry vers l'Europe de 8,000 à 1,600 dollars US.

De son côté, Cheikh Tidiane N'Dongue consultant recruté par la Banque mondiale pour l'élaboration de la revue à mi-parcours de ce projet après avoir salué l'état d'avancement des travaux en Guinée, a dit que la société de téléphonie Orange Guinée par exemple, déclare avoir multiplié par 12 son volume de trafic.

En septembre 2012, la Guinée avait 124 000 utilisateurs d'Internet. Un an plus tard, après la mise en service du câble sous-marin, le nombre d'internautes a atteint 550 000, soit une progression de 350% en un an. Les objectifs visés par le projet ont été globalement atteints parfois dans des proportions de 400 à 500%», a-t-il conclu.