Sénégal: Le SELS/A lance son projet « un enseignant-un ordinateur »

Actualités informatiques

Le syndicat des enseignants libres du Sénégal(Sels) a procédé hier, au lancement de son projet « Un enseignant ordinateur ». A cette occasion les premiers inscrits, un peu plus d'un dizaine de membres du syndicat, ont reçu leur machine des mains des responsables de l'organisation et des autorités académiques de la ville de Rufisque.

Ce projet mené en partenariat avec la société spécialisée dans la distribution de produits informatiques SOLINK constitue pour Khalifa Sarr, membre du syndicat, président du comité de suivi- évaluation et cheville ouvrière de l'initiative « la concrétisation d'un rêve ». Avec ce projet, les enseignants, en tenant compte de leurs capacités d'endettement, peuvent avec le concours des banques acquérir un ordinateur portable à des « conditions douces ». En effet, avec l'aval de leur banque respective, les enseignants peuvent souscrire moyennant une retenue mensuelle de 11500FCFA. L'ordinateur revient à 250.000 Fcfa étalés sur 24 mois.

Le secrétaire général du syndicat du syndicat Abdou Faty, inscrit cette initiative «dans une dynamique de syndicalisme de développement» qui , au-delà des revendications qui constituent le lot quotidien des organisations syndicales, vise l'amélioration des conditions d'enseignement -apprentissage en permettant aux enseignants d'avoir une opportunité d'information assez large et de mieux préparer leurs leçons. Il s'agit pour les enseignants d'être au fait des nouvelles technologies avec un double intérêt : « il y a l'accès à l'information pour préparer les leçons dans un contexte de dynamisme du savoir , mais aussi dans la perspective de la dématérialisation des formalités administratives avec le mirador , il faut dire que ce projet vient à son heure », a expliqué M. Faty. Avant d'annoncer l'option résolue de son organisation à s'engager dans la voie des nouvelles technologies pour une école performante et de qualité : «dans le souci d'une école performante nous nous arrimons à ces nouvelles technologies et nous nous engageons à parfaire notre partenariat avec la société afin d'atteindre le maximum d'enseignants » .

Pour sa part l'IEF de Rufisque commune qui a présidé la cérémonie s'est réjoui d'une telle initiative venant d'un corps étiqueté revendicateur devant l'éternel. Déthioukh Samba a souligné l'importance du projet et la vision de ceux qui l'ont initié, «quand les syndicalistes étiquetés perturbateurs pensent à outiller leurs camarades en outils numériques, cela relève d'une vision à souligner. Car dans ce XXIème siècle l'informatique est incontournable. Avec la rapidité de la circulation de l'information, il est possible de visiter les bibliothèques les plus riches sans se déplacer » a-t-il expliqué.

L'inspecteur de l'éducation a également averti les enseignants qui refusent de s'imprégner de ces outils numériques de faire face au risque d'être dérouter par leurs élèves qui sont en contact permanent avec l'ordinateur et l'internet dans leur quotidien : « un enseignant qui se confine au crayon et au papier risque d'être dépasser par ses élèves qui sont en permanence avec l'internet chez eux. » C'est pourquoi, il les invite à s'approprier ce projet. Pour M. Samba, le défi de l'éducation de qualité pour tous exige des enseignants qu'ils soient les relais entre les grands savants et autres spécialistes et les apprenants que sont les enfants.

Le directeur de la société partenaire du SELS/A a exprimé l'ambition de sa structure à participer à « relever le niveau d'informatisation du pays et à réduire la fracture numérique. »

Source : Par Daouda Gueye – Sud Quotidien, 14 aout 2014.