Le groupe Bolloré va déployer un réseau de fibre optique en Afrique

Actualités économiques

Gros investissements dans les infrastructures ferroviaires en Afrique!



Le groupe Bolloré a décidé de renforcer sa présence dans les concessions ferroviaires en Afrique pour améliorer l'efficacité des flux logistiques. Des projets qui représentent jusqu'à 2 milliards d’euros d’investissements sur les huit années à venir.

Il investit tout d'abord dans la réhabilitation et le renforcement des 1 260 km de voies qui relient Abidjan (Côte d'Ivoire) à Kaya (Burkina Faso). Objectif : répondre à la croissance escomptée des trafics miniers exportés via le port d'Abidjan.

Autre projet : la réalisation complète de la boucle ferroviaire Abidjan-Cotonou (2 740 km) via Kaya et Niamey avec la construction à terme des tronçons Kaya-Niamey (410 km), Niamey-Parakou (630 km) et la réhabilitation du tronçon Parakou-Cotonou (440 km). Un chantier a été ouvert au printemps qui permettra au chemin de fer de relier Niamey à Dosso (140 km) d’ici la fin de l’année 2014.

 "Ce projet majeur pour le désenclavement des pays de l’intérieur va faciliter l’exportation de leurs ressources agricoles et minières et ainsi accroître les volumes traités par les ports d’Abidjan, de Cotonou et à terme Lomé (Togo).

Par ailleurs, le groupe Bolloré installera tout au long de cette voie ferrée des Bluezone, des ports secs équipés de capacités de manutention et de stockage et un réseau de fibre optique (Internet, voix / données)", précise le groupe.

Lire plus
.

 

Extrait du Rapport financier semestriel 2014 - Bolloré

 

Le chiffre d’affaires du premier semestre 2014, à 1 245 millions d’euros, est en repli de 1,7 % en raison d’effets de change défavorables. A périmètre et taux de change

constants, il progresse de 2,2 %.

Les résultats du premier semestre 2014 sont marqués par :

- la bonne marche des activités portuaires, en particulier de Congo Terminal, STCG au Gabon, DIT au Cameroun, TICT au Nigeria, de SMTC et Bénin Terminal,

d’Abidjan Terminal en Côte d’Ivoire et de Conakry Terminal en Guinée, qui bénéficient notamment de la progression des volumes ;

- la poursuite du développement dans les secteurs miniers et pétroliers, notamment au Bénin, au Gabon et au Mozambique ;

- la progression des activités transport et logistique, principalement au Cameroun, au Nigeria, au Congo, au Ghana, et au Kenya.

Montée en puissance de l’exploitation du port pétrolier de Pemba au Mozambique et du terminal RORO de Dakar au Sénégal. Par ailleurs, Bolloré Africa Logistics poursuit

le développement, avec un partenaire local de son premier projet hors d’Afrique, le port de Tuticorin en Inde.

Le Groupe Bolloré a décidé de renforcer sa présence dans les concessions ferroviaires en Afrique et ainsi d’augmenter ses capacités en flux logistiques. Des investissements

importants portant sur plusieurs années seront notamment consacrés aux projets suivants :

- la réhabilitation et le renforcement des 1 260 kms de voies qui relient Abidjan (Côte d’Ivoire) à Kaya (Burkina Faso). L’objectif est ainsi de disposer d’un outil adapté à la

croissance escomptée des trafics miniers exportés via le port d’Abidjan ;

- la réalisation complète de la boucle ferroviaire Abidjan-Cotonou (2 740 kms) via Kaya et Niamey avec la construction à terme des tronçons Kaya-Niamey (410 kms),

Niamey-Parakou (630 kms) et la réhabilitation du tronçon Parakou-Cotonou (440 kms). Un chantier a été ouvert au printemps qui permettra au chemin de fer de relier

Niamey à Dosso (140 kms) d’ici la fin de l’année 2014.

Ce projet majeur pour le désenclavement des pays de l’intérieur va faciliter l’exportation de leurs ressources agricoles et minières et ainsi accroître les volumes traités par

les ports d’Abidjan, de Cotonou et à terme Lomé (Togo). Par ailleurs, le Groupe Bolloré installera tout au long de cette voie ferrée des Bluezone, des ports secs équipés de

capacités de manutention et de stockage et un réseau de fibre optique (Internet, voix / données).

Ces projets représentent, au total, des investissements pouvant atteindre jusqu’à 2 milliards d’euros sur les huit années à venir.

Lire plus/