Mali : les entrepreneurs du numérique défient les obstacles et inspirent la jeunesse

Actualités informatiques

Après l'exploration du Sénégal et de son écosystème startup en plein boom, sur la route de TECHAfrique se trouvait le Mali... et ses multiples défis. En effet depuis 2012, le Mali doit affronter de nombreux obstacles: instabilité politique, maintien de la sécurité dans le Nord du pays, tensions géopoliques... et un taux de pauvreté qui frôle les 45%. Chaque jour, ce pays sahélien qui compte 14,5 millions d'habitants et possède une immense jeunesse (le pays compte l'un des taux de fécondité parmi les plus élevées au monde) doit croire un peu plus en lui-même.

Aujourd'hui à Bamako, entreprendre, innover, créer de la valeur, lancer sa startup devient une alternative, une façon d'aller de l'avant malgré les difficultés. "Face aux nombreux blocages rencontrés dans les secteurs économiques traditionnels, les nouvelles technologies permettent une certaine agilité pour démarrer et développer des initiatives" m'expliquait Aliou Yattassaye, startupeur malien, durant notre rencontre à Bamako.

Aliou Yattassaye a lancé en 2013 le YuvSmart, premier smartphone entièrement conçu au Mali et aujourd'hui commercialisé dans tout le pays grâce à un partenariat noué avec l'opérateur télécom Orange Mali. Cet entrepreneur veut aujourd'hui corriger certaines idées reçues: "à l'étranger, on se représente le Mali comme étant un pays très peu connecté, en retrait de tout. Alors qu'ici on dénombre 20 millions de cartes SIM pour 14 millions d'habitants. La pénétration mobile est ici très, très importante, ce qui veut dire qu'il y a des opportunités, un marché à créer et à développer localement".

Autre avantage que l'on met souvent en avant à Bamako, le positionnement géographique: "le Mali constitue de facto un Hub en Afrique de l'Ouest: le pays relie par exemple le Sénégal à la Côte d'Ivoire et donc au Golfe de Guinée", conclut Aliou Yattassaye. Son rêve à l'horizon 2017? Que les versions futures du YuvSmart, aujourd'hui assemblé en Asie pour être réexporté au Mali, soit demain intégralement assemblé sur le sol malien pour ensuite être distribué dans les pays voisins.

Source : Samir Abdelkrim - Consultant et fondateur de StartupBRICS, blog spécialisé sur l'actu Startup des pays émergents. 15/10/2014