Africa Internet Group: Pourquoi investir en Afrique?

Actualités économiques

Alors que la tendance est à la crise économique dans les pays occidentaux, l’Afrique reste un continent plein de perspectives encourageantes. Lamudi, le site immobilier numéro 1 en Afrique, décide de se pencher sur l’avenir de ce continent et cherche à comprendre pourquoi les investisseurs sont de plus en plus nombreux à venir y tenter leur chance.

Un rapport intitulé «Continent remarquable : les opportunités futures dans les villes africaines», révèle que la croissance économique en Afrique devrait dépasser d’ici 2030 celles de l’Asie, de l’Amérique latine et de la Russie.
Les grandes métropoles africaines qui devraient voir leur population augmenter fortement, avec 300 millions d'habitants en plus d’ici 2030, seront «le prochain grand marché de consommation de masse dans le monde», souligne ce rapport publié par le cabinet Oxford Economics. Le nombre d’habitants de Lagos va ainsi plus que doubler d’ici 2030, pour atteindre 25 millions d’âmes. Ce sera alors la plus grande ville du continent.

L'étude tient compte des 96 villes (43 pays) les plus importantes du continent, que ce soit en termes d'économie et de population. Celles-ci contribuent à hauteur de 36 % (700 milliards de dollars) au PIB africains et d'ici à 2030, cette contribution devrait plus que doubler pour atteindre 1 700 milliards de dollars, estime le rapport. Le constat est clair, plus l’économie et la population croissent, plus vite l’Afrique s’urbanise. Ainsi, cette hausse du PIB s’accompagnera d’un boom démographique : 51% de ces villes connaîtront une croissance démographique de plus de 50% d'ici 2030.

Sans compter que la hausse du PIB et ce boom démographique que connaîtront les métropoles africaines vont engendrer une explosion de la consommation. «Le volume total des dépenses dans les grandes villes africaines grimpera à 1000 milliards de dollars en 2030, faisant de ces villes la dernière frontière du marché de consommation de masse dans le monde», a déclaré Adrian Cooper, PDG d'Oxford Economics. Dans l'ensemble des villes étudiées, les dépenses de consommation qui augmenteront le plus rapidement seront les dépenses culturelles et de loisirs (291 % d'ici à 2030) ainsi que les dépenses liées au secteur des services d'une manière générale. Toutefois, l'alimentation restera la plus importante catégorie de dépenses.

Le revenu disponible des ménages augmentera en moyenne de 5,6 % par an et le pouvoir d'achat total devrait passer de 420 à 1 000 milliards de dollars. Cette croissance du pouvoir d'achat devrait s'accompagner d'une redistribution des revenus à travers le continent. Ceux-ci devraient d’augmenter de manière plus importante en Afrique subsaharienne qu'en Afrique du Nord et en Afrique du Sud.
Cette croissance économique particulièrement rapide (5% chaque année sur le continent), permettra selon les prévisions du rapport à des villes telles que Dar Es Salaam (Tanzanie) ou Luanda (Angola) de faire partie des géants économiques urbains africains.

Lire + :

Source : 10 octobre 2014  - 237online