C'est l’heure du bilan pour le secteur des télécoms en Afrique

L'éditorial du mois

Alors que le plus grand salon des télécoms en Afrique (AfricaCom) va ouvrir ses portes, les acteurs des télécoms font le point sur leur stratégie et les gros dossiers : modernisation et déploiement des nouvelles générations technologiques; investissements massif en milliards de USD (Liquid Telecom, Huawei, Viettel, Econet, Vodacom, Gabon Telecom; etc.), restructuration (Madagascar, Egypte, Nigéria, Angola), consolidation, et partages d’infrastructures; nouvelles licences et règlementations; annonces de lancements de nouveaux services (3/4G); guerre des prix, personnalisation des services et de l’expérience utilisateur; et partenariats sont au RV.
Sylvain Bélétre, analyste chez Balancing Act prévoit un AfricaCom 2014 OTT, riche en partenariats télécoms-contenu-application. Voici pourquoi :

Le haut débit come la 3G et le WiFi, voire le très haut débit (4G/LTE/Fibre) deviennent une priorité en Afrique, et la haut débit par le mobile a d’autant plus de sens qu’il répond aux lacunes des réseaux filaires sur le continent.

Mais une fois ces nouveaux réseaux haut-débit mis en place, et outre des efforts à fournir sur la qualité de service, encore faut-il les monétiser rapidement auprès des clients. Un nouveau modèle industriel pour les opérateurs télécoms est en train d’émerger, à la croisée des chemins entre informatique et médias. Cette économie numérique comprend la distribution du contenus et des applications sur smartphones, tablettes et TV connectées : accès web, réseaux sociaux, VoD, musique, e-commerce, m-banking et e-paiement, e-santé, outils de travail, etc. sont au menu de cette convergence.



Globalement, les titans les plus menaçants pour les opérateurs locaux sont “les Fab(ulous) Five” – ou FabFive : Amazon, Apple, Facebook, Google et Microsoft, et leurs 3 milliards d’utilisateurs combinés dans le monde. Facebook et Google/YouTube ont déjà largement pénétré le marché Africain et sont en tête de liste des sites web les plus populaires de tous les pays d’Afrique. Les trois autres frappent déjà à la porte. Tous utilisent une large capacité des réseaux télécoms comme socle de développement.

Les opérateurs télécoms doivent rivaliser avec ces Fabfive. Ils ont deux options : coopérer (signer des partenariats) ou subir (les opérateurs télécoms se cantonnent à une activité de distributeur de capacité sur des réseaux, et les FabFive utilisent une grande partie de leur bande passante sans contrepartie ou control).

De leur côté, les citoyens d’Afrique sont de plus en plus demandeurs du contenu Africain qui leur ressemble, et se fichent du réseau utilisé. Les opérateurs doivent donc avoir une capacité de financement et une expertise suffisantes pour opérer cette transformation digitale. Ils doivent en même temps renforcer le maintien de la relation avec le client final avec acharnement. C’est par les prix et les services que les meilleurs se différencieront. « La priorité est d’investir constamment et sélectivement dans des plateformes de services B2B,  B2C et des services régionaux d’OTT» a lancé Roland Berger  Strategy Consultants dans son dernier rapport.

Ce mois-ci, cinq lancements portant sur des partenariats de contenus audio-visuels ont retenu notre attention :

L'opérateur télécoms Millicom va lancer son service Tigo Music en partenariat avec le fournisseur de musique en ligne Deezer, dans cinq pays africains : le Ghana dans un premier temps, puis le Tchad, la RD Congo, le Rwanda et la Tanzanie.

En Afrique du Sud, Vodacom offrira à ses clients mobiles l'accès au service Deezer via un contrat d'exclusivité sur 1 an. L'accord donne à Deezer un accès à plus de 32 millions de clients de Vodacom en Afrique du Sud. Globalement, Deezer est en concurrence avec une centaine de plateformes comme les américains YouTube et Pandora Media Inc., l’anglais Rara Media Group Ltd. ou le suédois Spotify qui avait été en pourparlers avec Vodacom.

THEMA et iROKOtv ont renforcé leur collaboration et signent un accord exclusif de 2 ans pour la fourniture de près de 200 films/an sur 'Nollywood TV', chaîne TV transportée sur les réseaux télécoms. Nollywood TV est disponible en France dans le Bouquet Africain, en option des offres Freebox (Free), Box de SFR, Orange et Numericable, en Europe avec Le Bouquet Africain 'La Box TV', et en Afrique dans le bouquet CANALSAT.

Mziiki (de la société 'Spice VAS Africa', établie en Afrique du Sud) est un service de musique en streaming focalisé sur l'Afrique qui est commercialisé ce mois-ci en direct et à travers des partenariats avec les telcos. Son utilisation a explosé sur le continent.


Ci-dessus: l'application "Mziiki African Music Streaming" lancée par "Spice VAS Africa Pte Ltd." (société établie en Afrique du Sud) le 16 octobre 2014 et disponible sur Google Play (Android).

Enfin, Altech vient de lancer ‘the Altech Node’, une plateforme VoD en Afrique du Sud (voir article dans cette newssletter).

Dans 2 rapports payant – l’un sur la VoD et l’Afrique mis à jour ce mois-ci, l’autre à paraître en novembre 2014 sur les plateformes musicales liée à l’Afrique, Balancing Act a relevé une centaines de partenariats similaires avec des telcos du continent. Dans ces 2 rapports, Balancing Act a également listé et profilé plus de 100 plateformes VoD dédiées à l’Afrique, et plus de 100 plateformes électroniques dédiées à la musique en Afrique (47 sélectionnées et profilées dans le rapport).

Ces études analysent les stratégies des opérateurs pour inclure des contenus et applications audiovisuels, et ainsi séduire leurs clients. La musique numérique et la VoD (dont la TV de rattrapage, YouTube, etc.) sont parmi les moteurs potentiels de la croissance des souscriptions mobiles - voire au réseau fixes - en Afrique.

C'est donc l’heure du bilan et une nouvelle ère pour le secteur des télécoms en Afrique, dont les acteurs vont entre autre réorienter leurs priorités économiques sur le contenu au service du ctoyen.


L’avenir du secteur des TIC est débattu en ce moment même aux « Assises de la Transformation Digitales dédiées à l’Afrique » les 30 et 31 octobre 2014 au Pavillon Dauphine à Paris… puis lors d’AfricaCom à Johannesburg, pour finir du 7 au 10 décembre 2014, à l’ITU Telecom World 2014.