Bilan AfricaCom 2014 : croissante fulgurante des NTIC en Afrique

L'éditorial du mois

A la différence des éditions précédentes d'AfricaCom - l'évènement incontournable des telcos en Afrique - les équipementiers et les acteurs de la TV et de la musique numérique ont rejoint les allées de la grande halle en 2014.



AfricaCom qui s'est tenu du 11 au 13 Novembre 2014 au CTICC dans le joyaux de l'Afrique, Le Cap en Afrique du Sud, ferme ses portes avec, pour les organisateurs et les délégués, un soupir de fin de marathon, mais aussi un sentiment de frustration de n'avoir pas pu rencontrer toutes les personnes qu'il aurait fallu voir, ni d'avoir pu écouter les 300+ intervenants : on est encore loin de la foule qu'attire la grande messe du mobile de Barcelone, le "GSMA Mobile World Congress", mais avec plus de 9000 délégués présents, AfricaCom devient tellement grand qu'il faut être nombreux au sein d'une société pour couvrir tout l'évènement.

Sylvain Béletre, analyste au sein du cabinet d'étude 'Balancing Act' et modérateur sur les sessions AfricaCast donne un aperçu de cette édition 2014.

Différentes données provenant des conférenciers montrent à quel point la révolution numérique est en train de bouleverser la vie des Africains sur cette dernière décennie : la croissante est fulgurante. La population Africaine est en grande partie responsable de ces changements. La jeunesse Africaine (moins de 30 ans) compte 70% de la population du continent (+ 1 milliard).

Les visions des dirigeants de telcos ont exploré de nouvelles pistes autour des réseaux numériques et du déploiement du contenu et des applications comme la télévision, la VoD et la musique numérique, le paiement mobile et d'autres applications dédiées à l'Afrique. Nombreuses furent les annonces des acteurs des télécoms et des médias africains. Il reste encore 650 millions de personnes sans accès à internet sur le continent.

Il y aurait 101.16 millions d'abonnements au haut débit mobile en Afrique à la fin de 2013, quand il y en avait 62,05 millions à la fin de 2012, contre 41,92 millions en 2011, a affirmé Ovum. Le segment devrait poursuivre sa croissance à travers le continent dans les années avenir. Les abonnements internet mobiles en Afrique devraient augmenter de dix fois entre 2014 et 2019, passant de 76 millions à 710 millions!

Selon Comviva Mahindra, 33,3 million d'Africains accèdent aux services financiers alimentés par "Mobiquity Money". Mais l'Afrique compte 80% d'adultes sans compte bancaire ou sans un moyen électronique pour transférer de l'argent et payer les factures.



Le développement de services de musique en ligne sur mobile a explosé. L'application Mziiki par Spice a vu son application téléchargée plusieurs milliers de fois depuis son lancement il y a seulement un mois. De son côté, Millicom (Tigo) est un partenariat avec Deezer et a créé sa propre plateforme dédiée aux contenus africains conjointement avec AfriCori. Spotify cherche activement des partenaires télécoms en Afrique. Les partenariats telco-plates-formes VoD vont également abonder dès le premier trimestre 2015.

PCCW Global - qui gère l'un des plus grands réseaux IP en Afrique - a lancé une solution pour des appels de haute qualité avec routage direct en Afrique ainsi que son nouveau service LTE itinérance pour les abonnés mobiles d'Afrique.

Liquid Telecom - un autre grand opérateur global très présent en Afrique dans la vente en gros - a lancé une initiative panafricaine pour l'installation de la fibre optique en Afrique de l'Est. L'opérateur est également en train de lancer un service de VoD robuste en marque blanche pour les opérateurs africains et de financer des data centres dans les pays ou il est présent.

Les trois opérateurs historiques de satellites présents en Afrique – SES, Euteslat et Intelsat - ainsi que leurs concurrents Arabsat, Amos, Rascom, et les russes russes RSCC et Gazprom Space Systems ont affiché de nombreuses innovations et ont rapporté des besoins croissants en solutions Vsat, VPN, OTT, back up et de diffusion TV/TNT sur 2014. Eutelsat a signé avec le fournisseur d'accès à internet béninois Isocel pour la mise en place d'un réseau privé dédié à l'administration fiscale.

Alors que le Président Obama a émis une déclaration concernant la neutralité du net pour les fournisseurs de contenu, Orange a rappelé les problématiques gravitant autour du poids que les services OTT prennent sur les réseaux lors d'une conférence sur AfricaCom 2014. Une session réunissant acteurs OTT et télécoms a atteint un consensus selon lequel il est dans l'intérêt mutuel des parties concernées de collaborer de façon rentable au bénéfice des consommateurs.

La règlementation changeante, le prix de plus en plus élevé des licences et l'alourdissement des taxes sur les services télécoms en Afrique constituent le point noir pour les opérateurs et les consommateurs finaux. Résultat : Le coût des télécoms est encore trop élevé en Afrique pour permettre l'accès universel, promis depuis longtemps par les états.

Les Oscars des télécoms en Afrique, les "AfricaCom Awards" décernés lors d'une cérémonie qui s'est tenue comme par le passé au "Waterfront LookOut" dans Granger Bay, toujours au Cape a mis l'accent sur l'innovation dans 13 catégories et leur pertinence par rapport aux besoins du marché. Environ 200 innovations ont concouru pour obtenir l'un de ces 13 trophée. Ces "AfricaCom Awards" célèbrent les innovations des acteurs qui façonnent le secteur des TIC en Afrique et améliorent la qualité de vie de ses utilisateurs.

Source et crédit photo : Balancing Act, novembre 2014.