L’incubateur MEST au Ghana : la Silicon Valley n’a plus le monopole des talents

Actualités informatiques

« Dans l’univers de l’entrepreneuriat, les barrières à l’entrée sont en train de tomber grâce au numérique, partout dans le monde », explique d’une voix posée le président de la multinationale Meltwater, Jorn Lyseggen, l’homme qui érigea à Accra la Meltwater Entrepreneurial School of Technology (MEST), cet incubateur technologique ghanéen à succès, déjà évoqué sur Le Monde Afrique.

« Aujourd’hui, la Silicon Valley n’a plus le monopole des talents. Tout le monde peut devenir entrepreneur et réussir, grâce à Internet. Avec MEST, nous formons et entraînons des centaines d’étudiants ghanéens à devenir des petits génies du code informatique et l’Afrique illustre parfaitement cette nouvelle ère », poursuit Jorn Lyseggen, tout en soulignant que ce qui fera la différence, c’est l’état d’esprit et des efforts constants.

Dans l’entretien qui suit, Jorn Lyseggen nous livre ici les ingrédients du succès de son incubateur MEST, qui aura vu émerger depuis 2008, plusieurs dizaines de start-up africaines qui rayonnent toutes aujourd’hui, jusqu’aux États-Unis.

Pourquoi avez-vous décidé de créer l’incubateur MEST à Accra, au Ghana ?
Généralement lorsque l’on parle de l’Afrique, c’est pour s’appesantir sur ses difficultés, sans suffisamment insister sur son potentiel. Nous avons choisi de démarrer cet incubateur au Ghana en 2008, d’abord parce que nous voulions que notre impact en Afrique soit immédiat, par la formation.

En savoir plus sur