EMPLOIS & OPPORTUNITES

Plus d'Infos

 

 

L’opportunité de la TNT pour les Africains :

 

 

Dans certains pays d’Afrique dans lesquels le spectre est saturé, certains opérateurs télécoms sont anxieux d’obtenir leur licence 4G. Il ont déjà investi dans leur réseau pour cette mise à niveau et attendent le feu vert du gouvernement (comme c’est le cas en Afrique du Sud – par exemple pour Vodacom). Plus on repousse la TNT et moins les africains pourront profiter de la vrai 4G.

Certains ont déjà fait d’énormes investissements en infrastructure et en licence afin de déployer la 4G. Dans les pays ou le spectre est encore relativement ouvert, un petit retard ne semble pas être un gros souci, mais il faut que les gouvernements évaluent sérieusement les options de financement, les solutions techniques et de contenus (surtout pour les programmes et chaînes « made in Africa »).

Il existe un autre risque : il semble que certains gouvernements veulent rapidement encaisser l’argent des opérateurs pour délivrer les licences 4G, mais ne veulent pas réinvestir une partie de cet argent dans le réseau TNT national, dans le formation numérique, les boitiers TNT pour les populations pauvres et dans la production TV nationale.

J'ai parlé à un ingénieur récemment qui me dit que les pylône les plus solides peuvent servir de transmetteur aussi bien pour la TNT que pour les services télécoms, et les boitiers TNT peuvent même servir de borne wifi. Cela semble très intéressant pour les pays d'Afrique : faire d’une pierre deux coups - déployer TNT + les services télécoms haut débit de manière universelle en même temps !

A part cela, il existe quelques solutions alternatives privées ‘clef en main’ pour lancer la TNT en Afrique francophone : TNTSAT AFRICA, TNT Africa, le bouquet Canal+ et StarTimes peuvent apporter leur contribution.
 
Mais le numérique n’est pas seulement une affaire techniques et de finances. Face à la concurrence des operateurs satellites, le contenu est ce qui rendra la TNT populaire, ou la transformera en un échec complet.

Tidiane DIOH, Responsable des programmes médias à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) rappelait, à l’occasion d’une rencontre des Directeurs de télévisions publiques d’Afrique francophone tenue à Ndjamena en octobre 2013, que, « derrière l’enjeu technologique, il y avait un enjeu culturel, sociologique et même démocratique dont on parle peu.

Si les nouvelles télévisions numériques qui seront créées sont toutes détenues par de grosses industries étrangères, il est fort probable que les programmes diffusés en Afrique fassent largement échos à des modèles culturels venus de l’extérieur. Or l’Afrique doit saisir cette opportunité historique, qui ne se présentera pas deux fois, pour renverser les flux de communications et maîtriser le récit des évènements qui se produisent chez elle. De surcroît, si l’on considère qu’il n’y a pas de démocratie sans des citoyens bien informés, l’une des conditions du passage au numérique serait de faire de telle sorte que, dans un continent africain où les téléviseurs coûtent encore relativement cher, tout un chacun puisse dispose d’un téléviseur numérique, surtout chez les couches sociales défavorisées.

Il y a enfin l’exigence écologique minimale qui veut que les Etats prennent des mesures pour arrêter l’importation de téléviseurs analogiques qui ne fonctionneront plus à partir du 17 juin 2015 et que les pouvoirs publics maîtrisent le traitement des stocks de vieux téléviseurs qui seront mis au rebus ; sans quoi nous allons tout droit vers une catastrophe écologique majeure. »
 
Que font les gouvernements ?

 

Photo ci-dessous : Tidiane DIOH, Responsable des programmes médias à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).



Auteur : Sylvain Béletre, Balancing Act, mars 2015.

 

Article lié - NTIC en Afrique : Le manque de données bloque des milliards d’investissements

 

 


------------------------------------------------

L'UIT marque son 150ème anniversaire par la remise de prix récompensant l'innovation dans le secteur des TIC 2015.
En anglais : Timeline
19 January: Launch of the ITU150 Awards
15 March: Deadline for nominations
1 April: Results are communicated to winners
17 May: Winners are announced to the public
Lire+


Appel à organisateurs d’évènements :


L'UIT lance une nouvelle plate-forme et une campagne
de communication en ligne pour fêter son 150ème anniversaire


Le site www.itu150.org – point de rencontre de la communauté mondiale #ITU150
Genève, le 3 mars 2015 – Un nouveau site web vient d'être créé pour mettre en avant les réalisations de l'UIT et les activités en cours qui marquent cette année le 150ème anniversaire de l'Union. Voir www.itu150.org.

Ce site web contient de nouvelles rubriques qui présentent les célébrations du 150ème anniversaire de l'UIT à Genève et dans le monde entier, en mettant l'accent sur le rôle des technologies de l'information et de la communication (TIC) – vecteurs de l'innovation. Une chronologie interactive figurera sur ce site web pour souligner les grandes dates de l'histoire de l'UIT, de sa fondation le 17 mai 1865, à nos jours.

Les Membres de l'UIT et tous ceux qui la soutiennent sont invités à prévoir d'organiser des activités tout au long de 2015 et à les présenter au moyen de l'outil en ligne disponible sur le site web. Une carte mondiale interactive permet de s'informer aisément de toutes les activités organisées dans le monde. A l'heure actuelle, une soixantaine d'activités sont présentées dans 30 pays et de nouvelles activités seront acceptées jusqu'à la fin de l'année. Ces activités peuvent être très variées: expositions, concours, publications, articles, ateliers, sites web, parmi d'autres. Il est fourni un kit pratique qui contient du matériel promotionnel, des ressources et des instructions concernant …
Lire+