Télécoms en Côte d'Ivoire : 4G, la prochaine bataille

L'éditorial du mois

YooMee est pour le moment la référence en Côte d'Ivoire pour l’accès à la 4G. La lutte pour capter les abonnés 4G en Côte d'Ivoire sera féroce lorsque les grands opérateurs pénètreront le segment. Il y a actuellement un blocage, mais le gouvernement et le régulateur pensent qu'ils ont un plan pour le surmonter. Russell Southwood s’est entretenu avec Yann Le Guen, Directeur Général du seul fournisseur 4G indépendant de Côte d'Ivoire, YooMee Côte d’Ivoire SA.
 
Lancé en 2011, YooMee Côte d'Ivoire offre la LTE à Abidjan et opère sur la fréquence 2300 MHz du spectre, car la fréquence 800 MHz n’est pas disponible.
 
La couverture LTE dans l’agglomération d'Abidjan couvre environ 80% d’une population évaluée quelque part entre 5 à 6 millions de personnes, soit une couverture d’environ 4 millions de citoyens. Le service est principalement un produit de consommation haut de gamme, mais au début de cette année, YooMee a lancé un service B2B offrant des solutions de lignes louées sur son réseau. Ce service fonctionne sur son propre réseau de micro-ondes, et couvre l'ensemble d'Abidjan.
 
Quand je demande au directeur général Yann Le Guen quand il offrira LTE hors d'Abidjan, il rit avant de dire: «Quand nous aurons assez d'argent. Nous avons besoin de plus de revenus sur Abidjan.» Il est évidemment plus cher de fournir l’Internet haut débit en dehors de la capitale, et aussi plus difficile de gérer les choses à distance.
 
Il offre une bande passante sur une base de capacité allant de 15 Go pour 5000 FCFA (US $ 8,37) à 100 Go pour 60,000 FCFA (US $ 100,49). Il vendait des clés USB pour accéder au service, mais est maintenant passé au mi-fi et à un boîtier. Le dongle est deux fois plus cher que son équivalent 3G et les deux autres appareils sont un peu plus proches de leurs équivalents 3G.
 
YooMee compte actuellement 4 000 abonnés, mais estime que le marché total (hors abonnés 3G) est d'environ 160 000 clients.
 
Orange a commencé à tester la 4G sur la route de l'aéroport, et a déployé dans plusieurs grandes villes. La difficulté est que l’opérateur n’est pas encore autorisé à vendre le service. MTN cherche aussi activement un déploiement LTE.
 
La Côte d'Ivoire a un problème très particulier concernant ses opérateurs mobiles. Il dispose de trois principaux acteurs - Orange, MTN et Moov (maintenant détenue par Maroc Telecom d'Etisalat) - et trois très, très petits acteurs : Café mobile (opérateur local), Comium et LapGreen. Orange et MTN ont 45% du marché chacun, tandis que Moov - qui sera le 'challenger' à grande échelle - et YooMee se partagent le reste.
 
Le régulateur pense que le tri du spectre 4G pour les six opérateurs serait un problème. Ainsi, le gouvernement a mis en garde les trois plus petits opérateurs qu'ils devraient fusionner en un seul opérateur ou perdre leurs licences. Cependant, la propriété et les investisseurs des trois entités sont tellement différents que cette solution semble peu probable.
 
Mais une fois ce problème résolu à la satisfaction du gouvernement et du régulateur, ils procéderont à la délivrance des licences 4G. Le déploiement d'Orange semble être une façon d'appliquer une certaine pression pour y arriver plus rapidement.
 
Alors que va-t-il arriver à YooMee lorsque les "grands gorilles" entreront dans la mêlée : "Orange - qui va continuer à vendre de l’ADSL - et MTN prendront de fortes parts de marché. Le reste ira soit à Moov ou à YooMee. Il y existe un autre FAI, mais il est assez petit. Si nous (YooMee) voulons devenir l'opérateur alternatif de haute qualité, nous avons besoin d'obtenir 20 à 30% de part de marché".

 
"La différenciation n’est pas sur la technologie. Nous sommes un acteur de l'Internet et ils ne le sont pas. Nos techniciens ne travaillent que sur Internet et nos clients obtiennent la meilleure expérience de celui-ci. Les autres opérateurs occupent 90% de l'ensemble de leur personnel sur la voix. Nous voulons être le point de référence pour Internet en Côte d'Ivoire en termes de vitesse et de qualité de service".



Auparavant, il avait exclu les utilisateurs 3G de son calcul de marché, donc je lui ai demandé combien d'utilisateurs 3G pourraient migrer vers la 4G: «Cela dépend de l'expérience de l'Internet qu'ils obtiennent et des prix. Les Ivoiriens en général ont eu une mauvaise expérience avec Internet. Dans le passé, l'accès internet a été coûteux et trop lent pour pouvoir utiliser des applications comme Skype et YouTube. Il a été difficile pour YooMee d'éduquer le marché ".
 
Les principales utilisations actuelles de l'Internet sont la navigation traditionnelle, les actualités texte et Facebook. Mais avec la 4G, on assistera à une transition vers des pratiques comme le streaming et le téléchargement de vidéos. Viber et What’s App sont très populaires auprès d’un groupe important de personnes: "Quelqu'un m'a envoyé une image avec What’s App. C’est de plus en plus courant. "
 
Comme partout ailleurs, il y a déjà un marché croissant pour les films piratés et distribués sur des clés USB. YooMee se penche sur la façon de fournir de la VoD, de la musique et du contenu plus général sur l’Internet local. Comme ailleurs, on retrouve la plainte commune qu'avec la 4G votre capacité s’épuise plus rapidement.
 
Sur les prix, Le Guen dit qu'il y a un problème avec les prix de gros pour l’accès aux fibres internationales qui sont 50% plus élevés que dans le pays voisin immédiat, le Ghana. Il existe un duopole entre Orange qui gère SAT3 et MTN qui gère WACS. Le gouvernement et le régulateur sont censés aborder la question, en attendant : «Je suis obligé de passer ce coût supplémentaire au client."
 
M. Le Guen conclut en ajoutant que le coût des terminaux 4G descend rapidement alors que les déploiements mondiaux s’accroissent, et qu'il y aura "de plus en plus d'appareils 4G."

___


Auteurs : Russell Southwood, traduit par Sylvain Béletre, Balancing Act, avril 2015.


___________________________________________
Appel à annonceurs et sponsors :

Cette édition de « Dernières Nouvelles des TIC en Afrique » risque d’être l’une des dernières si nous ne trouvons pas d’annonceurs d’ici les 2 prochains mois afin de la financer.

Si vous travaillez dans une entreprise de télécoms ou informatique en Afrique et désirez profiter de notre visibilité, contactez-nous au plus vite pour sponsoriser la newsletter. A travers cette dernière, nous pouvons vous fournir une veille pour tenir vos équipes informées des derniers développements des NTIC en Afrique, selon vos critères et préférences (pays ciblés, activités, innovations, segments, mots clefs, etc.)
___________________________________________