Afrique : la TNT en quelques chiffres

Actualités de la convergence

Le passage à la TNT, du point de vue des publics, ne va donc pas être une innovation radicalement nouvelle. Alors qu’on estime à 600 le nombre de chaînes hertziennes (télévision analogique terrestre) encore en activité aujourd’hui sur le continent, les opérateurs satellitaires distribuent déjà 2 000 chaînes en numérique.
 
Le secteur de la télévision satellitaire est d’ailleurs un des plus dynamiques avec celui de la téléphonie mobile. C’est, aujourd’hui, la voie majoritaire d’accès à la diffusion numérique télévisuelle. Selon le bureau d’études Balancing act, il y aurait début 2015 16 millions d’abonnés payants au satellite, 7 millions en TNT pour 110 millions de postes de télévision sur le continent. 20 % des postes recevraient déjà un signal numérique, dont 14 % via le satellite. Un des enjeux des années à venir sera justement de jauger l’équilibre entre ces deux formes de diffusion. La TNT va-t-elle supplanter la télévision satellitaire ou, au contraire, rester lettre morte du fait des avantages notables de la télévision satellitaire (ancienneté, très bonne couverture géographique, bouquets de chaînes plus importants, etc.) ? Les opérateurs économiques sont en train de mener une bataille disputée, donnant à penser pour le moment à une complémentarité des deux modes opératoires.
 
Startimes, groupe chinois leader de la distribution de télévision payante (revendiquant 4,6 millions d’abonnés sur le continent début 2015), s’est taillé la part du lion en misant dès le début sur la télévision numérique terrestre.

Lire+