Maroc : Inwi – 4G mais des résultats difficiles

Actualités économiques

Télécoms : le marocain Inwi peine à devenir grand

Coincé entre ses deux concurrents, le troisième opérateur du royaume se cherche une place au soleil. Une tâche qui incombe à sa nouvelle patronne, nommée en juin.

Le marché des télécoms est un monde cruel. Porté aux nues fin 2013 pour avoir permis à l’opérateur Wana (connu sous la marque Inwi) de rattraper Méditel par le nombre d’abonnés au téléphone mobile, Frédéric Debord, directeur général depuis 2009, a été remercié le 18 septembre.

D’abord présenté comme un départ volontaire, ce remaniement illustre en fait la reprise en main du troisième opérateur marocain par la Société nationale d’investissement (SNI), son actionnaire principal (69 % du capital). Trois mois auparavant, la nomination au poste de PDG de Nadia Fassi-Fehri, pur produit du holding royal SNI et ancienne patronne de l’afficheur FC Média, annonçait déjà ce changement d’époque. Et comme un symbole, son arrivée était intervenue le jour du lancement des offres 4G de l’opérateur. Poussé vers la sortie, Frédéric Debord aurait tenu le temps de négocier au mieux les conditions matérielles de sa « démission ».


En deux ans, le revenu moyen par minute (Average Revenue per Minute), qui s’établit à 0,28 dirham, a chuté de 35 %. Et ce alors que Frédéric Debord avait lancé un important programme d’investissements pour des milliers de kilomètres de fibre optique.

Source : Publié le 01 décembre 2015 -Par Youssef Aït Akdim -  Jeune Afrique
Lire+