Le big data au service de l’agriculture et du développement en Afrique

30 September 2016

L'éditorial du mois

Les données sont devenues une marchandise mondiale précieuse. Mais elles sont beaucoup plus que de simples éléments d’information: entre des mains expertes, elles peuvent devenir de l'intelligence, des outils de décision.

Le big data, littéralement « grosses données », ou méga données, parfois appelées données massives, désignent des ensembles de données qui deviennent tellement volumineux qu'ils en deviennent difficiles à travailler avec des outils classiques de gestion de base de données ou de gestion de l'information.

Déjà, les analystes trouvent des moyens de transformer le big data - les immenses stocks de renseignements recueillis dans le monde entier ou sur un pays - en une ressource inestimable pour la planification et la prise de décision.

Le big data contribue à accélérer le développement et à fournir des réponses solides à certains des défis les plus pressants de notre époque: le changement climatique, les problèmes de sécurité, l'insécurité alimentaire et la malnutrition, et la dégradation de l'environnement.

Le big data transforme déjà le monde financier (de manière plus ou moins positive pour les populations), mais également le monde de l’agriculture : par exemple pour la génomique et de la sélection végétale. Elle révolutionne les disciplines de la modélisation du climat et de l'agronomie. Elle peut contribue à affiner les politiques et à améliorer la vie.

L'utilisation intelligente et efficace des données sera l'un des outils les plus importants pour la réalisation des objectifs de l'Organisation des Nations Unies pour le développement durable ou pour les objectifs du Millenium.

En Afrique, le Big Data représente une occasion sans précédent de trouver de nouvelles façons de réduire la faim, l’emploi et la pauvreté, en appliquant des solutions basées sur les données de recherche en cours pour impacter le développement.

Dans le domaine de l’agriculture, une entité propose des solutions en utilisant le big data : le CIAT/CGIAR. Le personnel du CIAT/CGIAR comprend environ 200 scientifiques. Soutenu par un large éventail de donateurs, le Centre collabore avec des centaines de partenaires pour mener des recherches de haute qualité et traduire les résultats en impact sur le développement. Un conseil d'administration assure la supervision des recherches du CIAT et sa gestion financière.

Site du CIAT/CGIAR >>