Afrique : les télécoms sous surveillance

5 January 2017

Actualités Télécom

source : Julien Clémençot

Nigeria, Côte d’Ivoire, Sénégal… Les régulateurs n’hésitent pas à mettre à l’amende les opérateurs lorsqu’ils ne respectent pas leur cahier des charges.

Depuis quatre ou cinq ans, les pouvoirs publics africains n’hésitent plus à sanctionner les opérateurs de télécoms lorsqu’ils ne respectent pas leur cahier des charges. En 2014, le régulateur ivoirien avait condamné tous les acteurs du marché à des pénalités pour un total de 1,22 milliard de F CFA (4,57 millions d’euros). Fin 2015 au Nigeria, c’est pour n’avoir pas désactivé 5,1 millions de cartes SIM dont les propriétaires n’étaient pas identifiés que MTN s’est vu infliger une amende record de 5,2 milliards de dollars (4,71 milliards d’euros) – ramenée à 1,7 milliard de dollars par un accord conclu en juin 2016.

Mais, la plupart du temps, les autorités réprimandent plutôt des défauts dans la qualité du service. Cela a été le cas, en juillet, pour la filiale sénégalaise d’Orange, Sonatel, qui a été sanctionnée à hauteur de 1,5 milliard de F CFA, notamment pour n’avoir pas respecté le principe de la gratuité complète des appels vers son service clients.

la suite >>

date : 13 décembre 2016 à 09h24