Les perspectives économiques de l'Afrique en 2017 - 10 pays à suivre

19 January 2017

Actualités économiques

Date : 18 jan. 2017 |

source: J. PETER PHAM

L'échec persistant des prix des matières premières à se redresser de manière significative et le ralentissement mondial de la croissance économique, en particulier en Chine et dans d'autres marchés émergents, ont fait de 2016 une année tumultueuse pour de nombreuses économies africaines, en fait "la pire année de croissance économique moyenne" sur 20 ans, selon un rapport d'Ernst & Young.

En combinant ces tendances, la dynamique variable dans les plus grandes économies du continent a signifié que le Nigéria a glissé dans la récession, tandis que l'Afrique du Sud a stagné avec une croissance anémique de 0.2% au troisième trimestre. Dans l'avenir, les pays qui ont diversifié leurs économies, développé les infrastructures énergétiques et favorisé l'industrialisation seront les mieux placés pour surmonter les défis actuels et réussir en 2017.

…Les pays qui dépendent fortement de l'exportation d'une ou deux ressources pour stimuler leur croissance économique ont souffert du fléchissement des marchés émergents et de ses effets d'entraînement, de la demande de leurs produits et de la disponibilité de financement pour leurs grands projets d'infrastructure et autres projets de développement.

Nigeria

Le Nigéria, pays le plus peuplé d'Afrique et qui a seulement émergé comme la plus grande économie du continent il y a trois ans, est secoué non seulement par les bas prix du pétrole mais aussi par la baisse de la production due aux attaques dans la région du Delta du Niger. L'année dernière, la quantité de pétrole brut pompé a presque atteint le point le plus bas en trois décennies.

Le reste de l'économie du géant de l'Afrique de l'Ouest a essentiellement stagné, martelé à la fois par la gestion maladroite du flotteur monétaire et par l'échec de l'administration du président Muhammadu Buhari à engager des mesures pour améliorer le climat général des affaires du pays, au 169e rang parmi 190 pays analysés dans le rapport Doing Business 2017 de la Banque mondiale.

Angola

L'Angola a repoussé le Nigeria au début de l'année dernière pour devenir le plus grand producteur de pétrole d'Afrique, …mais cette distinction signifie moins dans un contexte de baisse des prix des hydrocarbures. Avec une inflation estimée à environ 45% en 2016, alors que la monnaie du pays, le kwanza, a perdu près de 20% de sa valeur au cours de la même période, les sombres perspectives du pays pour la nouvelle année ajoutent à l'incertitude avec les plans annoncés du président José Eduardo dos Santos à prendre sa retraite plus tard cette année (les élections sont prévues pour août).

Algérie

La forte dépendance de l'Algérie vis-à-vis des exportations d'énergie a fait baisser la croissance à environ 3,6% en 2016, la Banque mondiale estimant qu'elle plongera davantage dans l'année à venir. Les prix bas du pétrole continueront de peser sur les finances publiques, l'inflation et le chômage augmentant; Le dinar a nominalement amorti 20% au cours des deux dernières années.

Le budget de 2017 signé par Abdelaziz Bouteflika, président octogénaire du pays, augmente les impôts pour compenser la baisse des recettes provenant des hydrocarbures, signalant que les lourdes dépenses publiques qui ont permis au régime de résister au prétendu printemps arabe ne sont plus une option.

Afrique du Sud

La plus grande économie d'Afrique. Alors que l'Afrique du Sud a été épargnée par le classement de Standard & Poor's de son crédit souverain … Moody's a ouvert 2017 en plaçant le pays sur une révision à la baisse, indication qui sert d'avis aux investisseurs, dont certains ont des obligations fiduciaires qui les interdisent de faire des affaires dans des endroits marqués avec le statut de «junk». De plus, les nombreux scandales de corruption qui entouraient le président Jacob Zuma ont divisé le Congrès national africain, déjà en proie à un rejet sans précédent dans les élections locales et municipales d'août 2016, ajoutant à la volatilité politique qui affaiblit la confiance des investisseurs.

RDC

Malgré sa richesse en ressources naturelles, tant en termes d'extraction que de potentiel d'énergie renouvelable, sans compter l'extraordinaire capital humain de son peuple, la République Démocratique du Congo luttera économiquement l'année prochaine. Nonobstant un rachitique accord politique de dernière minute poussé par les influents évêques catholiques censés conduire à des élections présidentielles avant la fin de 2017, …jette une longue ombre sur le quatrième pays le plus peuplé du continent africain …

Côte d’Ivoire, Maroc, Sénégal, Kenya, Ethiopie.

La suite en anglais