«Entreprenante Afrique», comment capter la révolution entrepreneuriale?

2 March 2017

Actualités économiques

La sortie du livre «Entreprenante Afrique» (Odile Jacob, 2016), de Jean-Michel Severino et de Jeremy Hadjenberg n’est pas passée inaperçue ; Pour Balancing Act, Sylvain Béletre a rencontré Jeremy Hadjenberg le 1er février 2017 lors d’une rencontre en petit comité organisée par le cercle ATRIA à Paris pour la présentation du livre.

Points forts : Ce livre a de la valeur car ses auteurs sont au cœur des rouages de l’entrepreneuriat en Afrique avec l’œil de l’investisseur. Jeremy Hadjenberg - expert en microfinance - et Jean-Michel Sévérino travaillent tout deux chez d'I & P (Investisseurs et Partenaires ), une société d'investissement orientée vers l’Afrique. I&P rassemble trois fonds représentant 75 millions d'euros et a accompagné une soixantaine de petites et moyennes entreprises réparties dans 15 pays africains.

Créé en 2002, la société compte une trentaine de collaborateurs, basés à Paris et dans sept bureaux Africains (Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Madagascar, Maroc et Sénégal).

«L’économie africaine connaît une embellie sans précédent depuis le début des années 2000, avec un taux de croissance moyen supérieur à 5% à l’échelle du continent. Cette croissance est portée par plusieurs facteurs structurels (transition démographique, contexte macroéconomique assaini, progrès technologiques) et fait de l’Afrique subsaharienne l’une des zones les plus dynamiques du monde. L’importance de ces transformations ne doit cependant pas masquer les nombreux défis. I&P a pour amibtion de contribuer à l’emergence d’un secteur privé et pérenne en Afrique subsharienne» explique Hadjenberg, ajoutant «Une parti de l’exercice de l’investisseur consiste à repérer les talents et les projets à fort potentiel», détaillant au passage quelques échecs de débutants, mais aussi des réussites intéressantes dans des domaines variés.

Pour accompagner la croissance de ses entreprises partenaires, I&P rassemble plusieurs fonds d’impact couvrant des besoins de financement compris entre 30 000 euros et 1.5 million d’euros.

Diplômé de l'Ecole Normale d'Administration dans les années 80, Jean-Michel Sévérino rejoint le Ministère français de la Coopération pour être en charge du développement international. En 1996, il est nommé chef de Développement Europe Centrale puis vice-président pour l'Asie à la Banque mondiale. Il a été Directeur de l'Agence française de développement (AFD) pour 10 ans avant de succéder à Patrice Hoppenot en tant que Président d'I & P (Investisseurs et Partenaires), une société d'investissement à capital variable. Dédié à l'Afrique cette société gère plusieurs instruments financiers en se concentrant sur les PME africaines.

Après avoir obtenu son diplôme de HEC Business School dans les années 90, Jérémy Hadjenberg a travaillé comme consultant en stratégie. En 2001, il est nommé général Directeur d'un programme de microfinance à Manille. Il est le co-autheur de ‘Le Guide de la microfinance’ publié en 2009, qui fournit une Analyse détaillée des systèmes de microfinance et de leur impact sur la socciété. Il est actuellement Directeur Général Adjoint D'I & P. Son portefeuille comprend des PME au Sénégal, au Bénin, au Mali, en Gambie, Mauritanie et en Afrique de l’est.

Coup de projecteur sur le grand invité de l'économie, ce samedi à 12h10 (heure de Paris). Jean-Michel Severino, l'ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD) est aujourd'hui à la tête d'une entreprise qui investit au capital des PME africaines. Avec son adjoint, Jérémy Hajdenberg, il a tiré de son expérience un livre Entreprenante Afrique, aux éditions Odile Jacob. Voici un avant-goût de l'émission avec Jean-Pierre Boris.

Dans leur livre, Entreprenante Afrique, Jean-Michel Severino et Jérémy Hajdenberg veulent faire la lumière sur ces PME qui sont, disent-ils, un trou noir dans la connaissance économique et sociale du continent africain.

« Entreprenante Afrique vise à décrire et à capter la révolution entrepreneuriale qui est en train de se faire sur le continent, souligne Jean-Michel Severino. Une des caractéristiques les plus extraordinaires du continent, c’est l’émergence de millions d’entrepreneurs, partout, dans tous les secteurs. C’est vrai de l’Afrique anglophone. C’est vrai aussi de l’Afrique francophone. Nous avons trouvé, nous accompagnons de merveilleux entrepreneurs au Niger, au Mali, au Burkina Faso pour ne citer que ces pays qui ne sont pas perçus comme étant des terres d’entrepreneuriat extraordinaire ».

Lire aussi l’étude d’I&P : ‘’Le siècle de l’Afrique’