Investir en Afrique : quels sont les risques ?

2 March 2017

Actualités économiques

date : 24 février 2017

Le groupe GALLICE, spécialisé dans le conseil aux États et aux entreprises, dont l’activité est consacrée à la protection et la sécurité en France et à l'international, a dévoilé sa carte de la situation sécuritaire du monde en 2017 à l’occasion d’une conférence de presse organisée le 24 février.

Dans son projet, GALLICE illustre ces tensions et déséquilibres de deux manières distinctes ; une carte mondiale des risques d’une part, et un ‘Focus Afrique’ d’autre part. La première illustre les zones dangereuses en fonction des risques éventuels auxquels les populations locales et les visiteurs sont exposés. Le ‘Focus Afrique’ exprime quant à lui le risque de manière inversée. Souvent rétrogradée, l’Afrique est cette fois-ci montrée sous un angle plus optimiste – un continent en pleine croissance économique malgré des zones à risques persistantes. L’usage d’indicateurs de progrès et de niveaux de croissance permet d’identifier les zones d’opportunités et de juger le risque en fonction des progrès du continent – lui attribuant donc « des raisons d’y croire ».

« Dans un monde en mouvement continu, l’Afrique représente une nouvelle zone qui intéresse les investisseurs – un relais de croissance incontournable dans toute stratégie de développement à l’international. Dans ce contexte, il est important de prendre en compte les différents types de risques pour faciliter la prise de décision », affirme Gilles Sacaze, fondateur/Président du groupe.

La carte a été mise en ligne sur le site de GALLICE où elle peut être consultée par région : www.gallice-international.com.

De nombreuses instabilités politiques sont observées sur le continent africain, notamment en République Centrafricaine, au Soudan, en Somalie et en République Démocratique du Congo. En outre, des tensions se manifestent dans la région du Sahel et du Maghreb tandis que de nouvelles rébellions touareg et islamistes apparaissent. Ces instabilités et tensions se traduisent par des attentats, des prises d’otages et des assassinats (dans lesquels les occidentaux sont ciblés). Elles bénéficient de la dispersion d’armements divers qui a découlé de la révolution libyenne et de trafics en tout genre. Les risques débordent également vers les zones maritimes. Bien qu’en forte réduction, la piraterie persiste ainsi au large des côtes de la Somalie et n’est pas encore contenue dans le Golfe de Guinée.

La lutte contre le terrorisme islamiste demeure un enjeu majeur dans les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad et Mauritanie), au Cameroun et en Libye, principalement contre diverses factions affiliées à Al Qaeda ou au soi-disant État islamique.

L’hybridation de la criminalité et du terrorisme impose une approche de plus en plus globale et la consolidation de la coopération entre les Etats. La sécurité est une condition sine qua non mais aussi un facteur de développement, elle doit ainsi être mieux intégrée dans les programmes de développement.

Télécharger le PDF de la zone Afrique